«

»

Oct 27

Rien ne sert de vouloir connaître sa mission de vie sans lire ceci

connaitre-sa-mission-de-vie-3Connaître sa mission de vie, est-ce le moment?

 

C’est la dernière ligne droite pour l’année 9 et vous êtes nombreux à avoir senti l’accélération : à croire que l’on vit au dernier trimestre l’intensité d’une année complète.

 

C’est normal, vous avez 2 mois restants pour liquider l’ancien et laisser venir à vous les énergies du nouveau cycle qui commencera en 2017.

 

La tentation est forte de vouloir se brancher dès aujourd’hui sur un avenir meilleur et plus attrayant, vouloir connaître sa mission de vie par exemple. Je vous en pale en fin d’article.

 

C’est aussi pour cela que je reçois beaucoup de personnes qui se plaignent de ne pas savoir où se diriger dans leur vie.

 

 

  • Elles errent dans leur vie en accomplissant les tâches quotidiennes mais elles ne se sentent pas au cœur de l’action.

 

  • Elles ont épuisé toutes leurs stratégies pour atteindre leurs objectifs mais deviennent lasses d’accomplir des exploits qui ne les nourrissent pas.

 

  • Elles aimeraient se promener au dernier étage de la pyramide de Maslow qui correspond à la réalisation de soi et la contribution au monde.

 

  • Elles voudraient connaître leur mission de vie pour ne plus perdre leur temps et se sentir vraiment utiles.

 

Cela est très légitime et je les comprends. Faire tous les jours ce qu’on aime, ne pas comptabiliser ses efforts tellement notre activité nous plaît, il y a de quoi faire rêver. Ne plus faire la différence entre un dimanche, mardi et un jour férié, c’est assez exaltant.

 

Se réveiller le lundi matin avec l’enthousiasme du créateur en ébullition qui a rêvé à de nouvelles options à tester dès la première heure…vous aimeriez sans doute en faire l’expérience si ce n’est pas déjà votre cas. Connaître sa mission de vie, c’est vivre tout cela.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-6

.

Pourtant, ce n’est pas exactement ce que la vie propose en ce moment. Je ne la trouve pas très tendre (juste certes) …quand je regarde les gens autour de moi.

 

Je suis aussi très sollicitée par les mémoires difficiles de mes élèves (sans compter les miennes), alors j’ai pensé que c’était peut-être aussi votre cas. Cette année 9 est vraiment pleine de défis.

 

C’est un peu comme si elle nous proposait de regarder l’un après l’autre TOUS nos schémas sans nous détourner. Ce sont donc les 4 étages de la pyramide de Maslow qui vont être sollicités, surtout lorsqu’ils correspondent à des manques.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-12

.

Connaitre sa mission de vie et en vivre, c’est le 5 ème étage de la pyramide de Maslow dont tout le monde rêve. C’est celui de la réalisation de soi et de l’évolution personnelle de chacun. Si vous l’avez déjà trouvée, eh bien vous faites parti des chanceux qui sont tombés dans la marmite.

 

Si ce n’est pas le cas, vous allez avoir quelques étapes qu’il est bon de repérer pour ne pas se décourager sur le chemin de « connaître sa mission de vie« .

 

Avant de penser à être dans votre mission de vie, vérifiez que vous n’êtes pas encore aux prises avec vos schémas de survie, vos manques et vos insécurités.

 

Nous reparlerons ensuite de comment connaitre la mission de vie en étant certains de ne pas être dans le fantasme ou dans l’évitement.

 

Ce qui est formidable de toutes façons en ce moment, c’est qu’il est beaucoup plus difficile de ne pas tenir compte de l’instant présent. (Rêver sans fondement ne sert pas à grand chose).

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-9

.

Et si cet instant présent n’est pas confortable, eh bien, c’est le moment de travailler sur soi.

 

Pyramide de Maslow versus connaître sa mission de vie

 

1er étage de la pyramide de Maslow, la survie

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-40

.

Que signifie être dans un schéma de survie ? Parce que votre cerveau est programmé pour la survie de l’espèce, il privilégiera toujours la satisfaction de ce premier besoin de base : manger, boire, avoir un toit et pouvoir se réchauffer.

 

Mais ce n’est pas tout, à ce premier étage de la pyramide se trouve le besoin de repos en alternance avec le besoin d’activité. C’est l’étage où restent un peu coincés les « workaholic », les dépendants de l’activité et du travail…

 

Ceux qui amènent leurs dossiers chez eux le weekend, qui finissent à 21H et qui passent leur journée à gérer la surcharge de travail.

 .

.connaitre-sa-mission-de-vie-28

.

Vous comprenez mieux ce qu’est le burn-out, un non-respect des besoins physiologiques que le cerveau ne peut tolérer au premier étage de la pyramide de Maslow.

 

Programmé pour la survie, il se met rapidement en alerte rouge et déconnecte votre cerveau pour retrouver de la vitalité et pouvoir accomplir ses fonctions de base afin de vous maintenir en vie.

 

Si vous avez du mal à lui obéir, il prend la main comme un moniteur d’auto-école et freine à votre place. Comme il faut plusieurs années pour s’en remettre, avoir cela en tête peut vraiment vous éviter ce désagrément.

 

Grâce à l’expérience d’une élève, je me suis aperçue que le cerveau vous envoie quand même des signaux précurseurs :

 

  • Le repos n’est plus réparateur
  • Vous n’avez pas de réelle motivation pour quoi que ce soit
  • Vous tenez le coup avec des petites drogues légales, sucre, café tabac, fromage
  • Vous n’osez pas dire non à un surcroit de travail
  • Troubles de la concentration,
  • Troubles de la mémoire.
  • Cerveau qui décroche et vit au ralenti.

 .

.connaitre-sa-mission-de-vie-29

.

Indice bonus, vous faites beaucoup mais on vous fait des remarques et on vous en demande plus.

 

Si vous êtes en menace d’expulsion de votre logement, vous ne pouvez pas prétendre à chercher à vous réaliser, vous partez encore de trop loin dans les étages de la pyramide de Maslow.

 

Tant que vous êtes aux prises avec ce stress, inutile de rêver à connaître votre mission de vie, vous avez besoin d’abord de poser des actes dans le concret qui vont dans le sens du respect de vos besoins vitaux.

 

2eme étage de la pyramide de Maslow : la sécurité.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-41

.

Si vous roulez sans assurance ou si vous avez les pneus lisses, vous l’ignorez sans doute parce que votre insécurité légendaire vous fait vivre dans le déni mais vous êtes sous stress dès que vous mettez le pied dans la voiture.

 

Si vous vivez dans un pays où vous n’avez pas de droits acquis pour une assurance maladie, vous vivez le stress insidieux de ne jamais devoir tomber malade sans avoir largement prévu de quoi subvenir à ce genre dépenses extras.

 

Si vous vivez avec une personne (ou un de vos enfants) qui fait peur au petit ou la petite en vous, vous êtes inconsciemment sur vos gardes et vous générez un stress insidieux dans vos cellules. (alcoolisme, drogues, maladie mentale, jalousie maladive, violence, abus d’autorité, état suicidaire)

 

Si vous êtes en cours de divorce, idem, vous ne savez pas comment vous allez pouvoir vivre dans les mois qui vont suivre avant que le jugement soit prononcé.

 

Vous n’êtes pas assez en sécurité pour envisager ce que vous êtes venu faire sur terre, pour le moment, vous avez le nez sur le guidon de réalités matérielles et terrestres et cela occupe tout votre espace psychique. Connaître sa mission de vie est un peu prématuré.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-30

.

Vous allez devoir vous mettre à l’abri d’un danger immédiat avant de comprendre votre mission de vie !

 

Vous comprenez que le jour où vous découvrez que vous êtes rayé de Pôle Emploi, votre cerveau et votre mémoire cellulaire s’affolent !

 

Si c’est une mémoire qui vient de s’activer, c’est le moment de faire un travail sur les peurs et l’insécurité de votre enfance, sur votre lien défaillant à la mère pour retrouver le dynamisme de votre être en évolution et vos désirs de connaître votre mission de vie.

 

3ème étage de la pyramide de Maslow : les liens affectifs

 

Vous avez besoin d’être plus intime avec les humains que de dire bonjour à la boulangère ou croiser vos voisins dans l’allée. Vous avec aussi besoin de développer un sentiment d’appartenance avec un groupe ou une famille.

 

Rester seul crée un stress non conscient qui vous vient de l’homme préhistorique qui savait que se réunir multiplie les chances de survie.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-32

.

Il existe une exception toutefois : si vous avez vécu des violences ou subi des abus, être seul peut s’avérer plus sécuritaire pour votre cerveau que la compagnie des humains !

 

Si vous n’êtes pas conscient de vos schémas affectifs répétitifs, vous pouvez vous décourager de faire des demandes pour rencontrer l’âme-soeur: ce qui se passe en réalité, c’est que votre cerveau (limbique et reptilien) est beaucoup plus occupé à vous éloigner des humains que de vous chercher un partenaire !

 

Vous pouvez peut-être vous rabattre sur le désir de connaître votre mission de vie mais cet étage de la pyramide n’est ni comblé ni satisfait!

 

Si vous avez été extrêmement humilié, soumis et maltraité par une autorité parentale, vous serez toujours inconsciemment sur la réserve dans vos rapports avec les humains.

 

L’échange vrai, authentique et nourrissant aura du mal à être au rendez-vous par peur de représailles. Ne sachant pas mettre de distances avec l’autorité supposée (totalement projectionnelle) de l’autre, vous préférez ne vous impliquer dans les échanges qu’à moitié.

 

Résultat, vous n’êtes pas nourri dans les relations et la quête de l’âme-soeur court-circuite encore votre désir d’évolution personnelle et l’accès à votre mission de vie.

 

Sans un travail approfondi de vos blessures, l’ascension au 5 ème étage de la pyramide de Maslow s’avère laborieux.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-4

.

4ème étage de la pyramide de Maslow :

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-44

.

Estime, respect de soi et des autres, conscience de sa valeur, de ses compétences à atteindre ses buts. C’est en général, là où ça pêche pour chacun. Ce passage d’entrée avant le 5 ème étage est un examen très exigeant.

 

Tout d’abord, parce que développer de la maîtrise demande du temps et de l’expérience. Ensuite, pour trouver le respect de soi, il faut l’avoir enregistré depuis l’enfance, ce qui est rarement le cas.

 

Nos parents ayant du mal à connaître leur propre valeur ont eu bien de mal à nous restituer la nôtre. Toute la batterie du développement personnel s’occupe principalement de cet étage et c’est compréhensible, c’est le dernier avant la réalisation !

 

Sauf que booster la confiance, le respect et l’estime ne vont jamais suffire : si vous êtes construit sur du vide, de la transparence et de l’adaptabilité compulsive, vous ne pourrez pas développer quelque chose que vous n’avez pas reçu.

 

Il va falloir, pour trouver l’estime de soi, apprendre à ouvrir votre cœur à l’enfant blessé qui n’a pas la confiance ni l’estime…et là, je crois que c’est l’endroit où vous avez, comme moi, le plus à apprendre.

 

Comme j’ai été pas mal sollicitée ces derniers jours sur ce chapitre, je vais vous expliquer comment je m’en sors…après on peut commencer à prétendre à connaître sa mission de vie

 

Je me vois régulièrement sur ce 5 ème étage parce que j’ai accepté de lâcher la sécurité de l’éducation nationale et pourtant dernièrement la vie m’a obligée à re-dégringoler gentiment au 4 ème étage (voire le 3 ème) pour aller peaufiner et nettoyer…

.

.

Cleaning Glass

.

Nettoyer ses mémoires, un préambule à connaître sa mission de vie

 

Tout a commencé commencé pendant mon dernier webinaire où je lançais ma formation sur le Secret des Couleurs.

 

Je proposais une méditation guidée à la fin et pour que tout le monde entende la musique hypnotique, ce faisant j’ai retiré mes écouteurs et donc personne n’a plus rien entendu pendant 20 minutes…

 

Pour lancer une formation, c’est pas top. Lorsque j’ai compris qu’ Alain m’avait induite en erreur et n’avait pas vérifié ce qui se passait, je suis passée par une fusée d’émotions à plusieurs étages.

 

  • un malaise diffus
  • de la gêne,
  • de l’embarras
  • de la honte
  • de la culpabilité
  • plus profond de la peur
  • de l’impuissance
  • encore plus profond de la
  • colère
  • un sentiment de trahison
  • d’injustice

etc…

 

Lorsqu’une petite situation de votre vie arrive à vous mettre dans tous vos états, c’est bien entendu une mine d’or, sauf que la mine vient d’exploser sous vos pieds et vous êtes en petits lambeaux éparpillés sur le sol.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-32

.

N’essayez pas les mines antipersonnel c’est très désagréable ;-)! J’ai l’habitude de travailler sur moi alors j’ai tout de suite vu le mental chercher un coupable…c’est forcément la faute de l’autre et je suis victime.

 

Puis la colère se retourne contre moi:

 

  • tu aurais pu t’en douter
  • tu aurais du savoir
  • tu sais qu’il ne faut pas faire confiance
  • tu ne peux compter que sur toi-même
  • tu as tout foiré

 

Si vous ne vous entendez pas faire cela et que vous êtes immédiatement dans l’accueil de ce qui est, eh bien peut-être que vous avez sauté l’étape de « j’accueille que je ne peux pas accueillir la situation! ».

 

Il n’est pas question de plaquer des principes spirituels mais bien de coller au plus près de ce qui est.

 

Et ce qui est c’est aussi votre cerveau, programmé pour la survie; (c’est à dire le moindre stress)  qui est déjà en train d’évaluer la situation et de calculer comment faire la prochaine fois pour éviter tout cela.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-34

.

Pas de souci à éviter le pire la prochaine fois, mais il y a autre chose à faire tout de suite dans l’instant présent! N’oubliez pas que les outils du cerveau sont :

 

  • tout contrôler
  • tout maîtriser
  • tout savoir
  • tout connaître
  • tout anticiper
  • potasser la technique
  • ne pas se faire aider sauf par un expert

etc…

 

Malgré cela, le malaise restait parce que je n’étais pas contente de moi. J’avais intégré à l’intérieur un parent-juge qui ne pouvait pas tolérer la situation sans chercher des solutions et des parades immédiates.

 

Alors j’ai commencé Ho’oponopono pour me décoller un peu de la situation, indiquant ainsi à mon mental que ce n’était qu’une mémoire et qu’il n’y avait pas mort d’homme.

 

Ça a commencé à s’apaiser mais pas suffisamment. Mon mental avait besoin de comprendre. Mais quelle mémoire?

 

  •  Une mémoire où je suis dans un exercice pas simple où l’autre, au lieu de m’aider me fout dedans.
  • Je suis seule à gérer mes trucs mais en plus les erreurs de l’autre
  • On ne peut pas faire confiance aux autres.
  • La vie ne m’envoie que des « M….des »

 

1-Question : est ce que tu connais cet état ?

  • Oui c’est le résumé de mon enfance…

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-35

.

Bon alors tu vois bien que c’est une mémoire puisque tu l’as déjà vécu à un âge où tu ne connaissais pas Alain. Là c’était bon pour arrêter de chercher des coupables, c’était bien ma mémoire.

 

Mais il restait la relation avec moi-même (la plus difficile en fait si vous êtes honnête), je n’arrivais pas à accepter d’avoir eu cette mémoire à ce moment là entre tous !

 

2-Question  : est ce que tu peux accepter que c’est une mémoire de petite et que tu es petite au moment où cela se passe ?

  • Oui.

 

Est ce que tu vas taper sur ta petite et la punir parce que ce n’est pas top ce qu’elle a fait comme tu l’as subi enfant ou peux tu avoir un peu de compassion pour cette petite et ses erreurs ?

  • Oui

 

Est ce que tu peux faire Ho’oponopono maintenant sur cette petite précisément ?

  • Oui

 

Là, ça a continué de se détendre. OUI MAIS, comment gérer les conséquences maintenant parce qu’il y en a au présent.

 

3-Question : est ce que tu préfères t’inquiéter pour les conséquences ou venir en aide à cette petite qui a besoin de soutien, quelle est ta priorité ?

 

A partir du moment où j’ai dit « ma petite », le bourdonnement intérieur s’est arrêté net. C’était calme à l’intérieur.

 

Le plus drôle (enfin je ris jaune évidemment), c’est que, quelques jours plus tard, re-belotte.

 

J’envoie par la poste de quoi jouer avec les couleurs à chaque élève inscrit, sauf que pas moyen de me faire envoyer les couleurs. C’était reparti.

Re-fusée,

Re-je suis seule au monde-

Re- l’autre me fout dedans,

Re- on ne peut pas faire confiance

Re il y a toujours quelqu’un pour me couper dans mon élan.

Re- la vie n’envoie que des m….

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-38

.

Oui, vous comme moi, nous sommes longs à comprendre et à installer des comportements aimants envers nous-mêmes.

 

Ce fut moins long pour revenir à moi et ouvrir mon cœur à ma petite qui avait encore mis le feu à la cuisine avec ses mémoires. La petite a continué encore à faire des siennes mais bon, on finit par la voir venir avec ses petits sabots…

 

Alors si vous aussi, vous êtes en transe régulièrement en ce moment pour des broutilles, rassurez-vous, ce n’est que la petite (ou le petit) qui vous demande un peu de cœur, d’amour et d’estime, malgré ses pitreries.

 

C’est plus facile d’aimer la planète et les grands singes en voie de disparition, je vous assure ! Voilà donc tout le travail qui peut se faire en amont avant de se lancer activement dans le désir de connaître sa mission de vie.

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-7

.

Connaître sa mission de vie, c’est quand même passablement jouissif!

 

Bon maintenant si connaître votre mission de vie est quelque chose qui vous démange…

 

  • Si vous voulez un coup de pouce pour découvrir ou actualiser votre activité rêvée
  • Si vous voulez découvrir ce pour quoi vous êtes vraiment doué
  • Si vous avez envie de gagner votre vie grâce à vos talents
  • Si vous voulez débloquer votre potentiel
  • Si vous cherchez le sens profond de vos activités sur terre

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-17

.

Je vous invite à venir mettre tout cela en œuvre en Thaïlande où nous amenons chaque année un groupe.

 

Cette année est un peu spécial car j’organise un stage « mission de vie 2.0 » sur une petite île déserte thaïlandaise aux confins de l’univers…

 

Il s’adresse à tous ceux qui:

 

  • Cherchent encore leur zone de génie
  • Qui veulent faire sauter leurs limitations mentales
  • Qui veulent réconcilier leur activité avec leur être profond
  • Trouver celle qui révèle leurs talents

.connaitre-sa-mission-de-vie-18

..

Au programme, découvrir et connaître sa mission de vie (ainsi que faire fondre les obstacles dont j’ai parlé dans cet article) grâce:

 

  • au couleurs
  • au jeu de la double spirale
  • à des mises en situation ludiques
  • aux constellations intérieures
  • à la dissolution des mémoires 

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-39

.

Sans compter le cadre idyllique de la Thaïlande, la cuisine époustouflante, la communauté consciente et intime (petit groupe restreint) et nos talents d’introspection conjugués d’Alain et moi.

 

Travailler sur soi et apprendre à connaître sa mission de vie, n’est ce pas un merveilleuse façon de clôturer l’année du 2 au 10 décembre ?

.

.connaitre-sa-mission-de-vie-45

.

Plus de renseignements sur cette page. Il ne reste que 3 places  2 places 1 place

 

Et vous, connaissez-vous déjà votre mission de vie? Avez-vous conscience du travail intérieur que cela peut nécessiter en amont? Laissez un commentaire!

29 comments

  1. boniface

    Bonjour
    Merci pour cette offre magique trop chère pour mes finances
    les dates du 2 au 10 décembre 2012 pour info me paraissent déjà passées
    Bon voyage

    1. Hannah

      Merci pour la coquille, oui de l’eau a passé depuis:-)

  2. Elisandre la fée du Royaume Amoureux

    Bonjour,

    pour moi, la mission de vie cela ne m’a jamais semblé compliqué. On peut d’ailleurs en avoir plusieurs, ou du moins l’accomplir sous plusieurs formes.

    Ressentir ce qui manque (et qui nous touche évidemment) et aller le chercher : aller en quête du Graal, et le rapporter pour en faire profiter les autres. Voilà!
    Les gens le font plus ou moins consciemment ( enfin pour un certain nombre) mais comme ils se concentrent surtout sur les problèmes à résoudre pour réaliser leur mission, alors ils ont l’impression qu’ils ne sont pas « dedans ». Cela vient du fait d’idéaliser la notion de  » mission de vie. »..
    En tout cas, voilà mes conclusions car les choses sont presque toujours plus simples qu’on ne croie qu’elles sont!
    Merci pour cet article bien détaillé

    1. Hannah

      Bonsoir Elisandre, lon time no see 😉
      Oui idéaliser la mission de vie, c’était bien le thème de cet article.
      La vérité c’est que même un job qui ne nous plait qu’à moitié peut
      nous mettre sur la voie de développer des talents qui deviendront
      la base de ce qui est vraiment nous…il y a rarement des erreurs;-)

  3. Corinne.V

    Bonsoir Hannah, merci pour cet article , toujours aussi enrichissant. Depuis que j’ai commencé la formation des couleurs à tes côtés, je sens que les choses changent, je suis beaucoup plus présente à ce qu’il se passe, je travaille mes mémoires ,je suis devenue adepte des méditations de Alain . Merci pour tout ca. A bientôt.
    Corinne.V.

    1. Hannah

      Bravo Corinne, c’est bien ce qui nous est demandé, être présent
      à chaque instant ou présent au fait qu’on n’est pas présent 😉

  4. Marie-Christine

    Un article très intéressant qui me parle beaucoup en ce qui concerne la démarche intérieure.

    1. Hannah

      Merci Marie-Christine

  5. jenny

    bonjour Hanna, les voyages forment la jeunesse… c’est tres bien…mais faites vous le même travail dans notre si belle France?? elle aussi cache des gens et des cadres merveilleux!!! et au moins ceux qui n’ont pas pour l’instant un porte monnaie bien rempli pourraient quand même profiter de vos connaissances…..
    pour mes reflexions, ne pensez -vous pas que tout le « remplissage » » que nous nous imposons dans nos vie ne sont effectivement que des moyens de survie mais aussi des moyens pour nous détournés de la vision de notre peur de la mort????? CETTE PEUR INCONSCIENTE POUR CERTAINS qui oblige à trouver tous les moyens de survie pour ne pas s’attarder à notre disparition……. le travail sur soi de notre propre disparition me semble primordial pour ensuite avoir une vue juste sur nos véritable besoins……..comme vous dites si bien Hanna, restons au plus pres de l’instant présent avec ses propres réalités là où nous sommes et où nous en sommes sans peut-être être obligé d’aller dans des contrées lointaines pour faire un travail intérieur avec vos bons soins car j’ai suivit votre conférence sur les couleurs et j’ai envie de faire un suivit avec vous. Merci pour tout ce que vous nous offrez. à bientôt . jenny

    1. Hannah

      Message reçu Jenny.
      Je ferai aussi des stages par ici.
      Oui la survie est programmée par le cerveau
      et pas mal de nos actions nous rassurent sur
      le fait que nous existons…

  6. Antoine

    Salut
    A quel point , je me suis vu, et pas plus tard que ces jours ci, c’est en effet très long de se « traiter », mais savoir que c’est long , l’accepter, travailler pour le résultat sans l’attendre,l’accepter aussi, fait partie du médicament;
    je me suis demandé il y a peu pourquoi j’étais toujours en guerre, contre mon patron même absent ou contre X, en fait je devrais mettre un « s » à X,
    réponse très probante : la survie, préparer une possible guerre à l’excès, même si elle n’arrive jamais tellement j’en ai connus, le besoin de sécurité, contrôler pour éviter, mais parfois.. voir que, fatigué et rempli de maux de dos, et de crampes dans les trapèzes et le cou, on ne se bat que contre soi même,
    et puis je me suis dit pour me calmer « came toi, tu n ‘es pas attaqué »; ceci associer à de la méditation , et un chouia de Hopoo, peut aider même pour quelques jours,
    merci pour ton mot, et bon séjour chez les thais

    1. Hannah

      Merci Antoine, je vois que tu avances dans la
      conscience de qui tu es et comme le dit Dorian, l’illusion des
      mémoires, sauf que notre mémoire cellulaire a souvenir
      d’une nécessité de se protéger qui n’a plus lieu d’être aujourd’hui.
      L’ancien a besoin d’être vu et absorbé pour se dé-figer…

  7. Le bolu

    Hanna
    Dans cet article tu as résumé ce que je vie actuellement. Pas facile cette année, je ré-visite des événements que je pensais réglés et ben non ! Il y a encore et encore des choses à nettoyer .

    En tout cas en lisant ton article, je me suis aperçue que je n’étais pas la seule dans cette situation .

    Merci pour tout ce que tu fais pour nous accompagner ,
    Merci d’être là pour nous guider

    À très bientôt
    Je t’embrasse
    Brigitte LB

    1. Hannah

      Une belle année 9 de nettoyage, Brigitte.
      On est content quand ça se calme, en même temps
      nous n’avons jamais été aussi dégagés…

  8. Dorian

    Coucou Hannah,
    De mon côté, je prends vraiment plaisir à faire cette transition en année 1 car oui je lâche plein de choses !!! Yes !
    Concernant les mémoires, j’ai vraiment le ressenti que c’est de plus en plus une illusion. L’appel de la présence dans l’instant présent est immense. Et il nous donne tout ce dont on a besoin pour avancer, transmuter et faire face à ce qui doit être réglé. C’est mon ressenti actuel en tout cas. Ne plus mettre d’attention sur le karma, les mémoires et tout le tralala. Simplement vivre et accueillir ce qui vient, ce qui monte en moi.
    Bises !
    Dorian
    Dorian Articles récents..Comment être soi-même et apprécié pour qui l’on est vraiment.My Profile

    1. Hannah

      Hello Dorian,
      Oui tu as raison, à un certain niveau de notre Être, les
      mémoires n’existent pas, il est même difficile en état de
      pleine conscience de savoir si on est un homme ou une femme.
      Quand on s’aperçoit qu’on est identifié, c’est bon d’avoir
      quelques outils.

  9. vuillard françoise

    Merci Hannah pour ton article que j’ai savouré et qui « me parle » , merci pour avoir pris le temps de bien « décortiquer » toutes les étapes successives et de nous montrer les subtilités cachées qui s’enchaînent et brouillent trop souvent nos efforts et nous laissent « découragés ». Ton partage est courageux et généreux.
    PS la vidéo « brouillée » ou »bruyante » de la fameuse méditation ne m’a pas »énervéé » car comme je suis nulle en informatique cela m’a fait sourire , je me suis sentie moins »isolée » que d’habitude devant mon « incapacité et ma « non-maîtrise » de la manipulation informatique.
    J’ai ressentie une sorte de « solidarité » face à cet outil « super » mais parfois bien « énervant » et complexe que j’ai parfois envie de jeter par la fenêtre.

    1. Hannah

      Bonjour Françoise,
      Merci pour ton soutien…depuis j’ai gagné en précision
      mais je m’aperçois que l’informatique suit aussi mes
      remous émotionnels. tant que c’est pas nettoyé dedans,
      ça buggue dehors 😉

  10. Cindy

    Bonjour Hannah,

    J’apprécie toujours de lire vos articles qui m’apporte beaucoup et vous remercie pour ce partage.

    Je me suis totalement reconnue dans une de vos descriptions : « Indice bonus, vous faites beaucoup mais on vous fait des remarques et on vous en demande plus ».

    Je crois bien avoir une mémoire importante à nettoyer au niveau du travail car je me retrouve encore actuellement en plein dans ce schéma ! C’est mon principal problème actuellement. Je cherche à me préserver, à me protéger mais rien n’y fait. Je crois que je dois procéder à un gros nettoyage car ça m’atteint énormément. J’ai déjà fait un burn-out à l’âge de 26 ans et j’ai dû arrêter de travailler pendant des années. Aujourd’hui j’en ai 33 et même si j’ai bien compris que je devais donner moins au travail juste faire de mon mieux et accepter mes limites, le schéma se répète et on m’en demande toujours plus. J’ai appris à dire non et à avoir d’autres centres d’intérêts mais je vois bien que ça ne suffit pas… J’aime avoir une activité professionnelle et me rendre utiles mais ça ne me fait pas toujours du bien, le rythme est trop rapide, aucun respect pour l’humain, je ressens une grosse pression et une grande attente de la part de mes chefs…

    Bref, je vais travailler sérieusement sur ce sujet en cette fin d’année 9 pour enfin me débarrasser de cette mémoire. Hannah, quelles sortes d’actes concrets peut-on poser dans ce cas là ? car par exemple j’ai tenté de postuler plusieurs fois à temps partiel pour me limiter mais j’avais uniquement des propositions à temps plein ?

    Merci encore pour votre article,
    Je vous souhaite une agréable soirée.

    1. Hannah

      Bonsoir Cindy,
      Les racines du burn out se trouvent dans l’enfance, c’est pour
      cela que la mémoire revient, vous avez besoin de creuser plus profond
      l’enfant (parfois le bébé) ou l’ado dont on n’a pas respecté les
      rythmes, qui a du prendre en charge des choses qui étaient trop
      lourdes pour elle.
      les chefs sont la projection de nos parents ou de nos grands frères
      et soeurs…suivez cette piste d’investigation.

  11. Célia

    Bonsoir Hanna,

    Merci pour cet article, bon l’année 9 m’a apportée beaucoup de changements, je suis actuellement dans un autre pays pour finir ma licence, donc je vis seule pour la première fois à l’étranger ! C’est cool, c’est une expérience, j’ai beaucoup de chance cela se passe bien. Même si je me suis ouverte (et ça n’est pas fini) à beaucoup de nouvelles choses, aie aie aie il y a toujours les mêmes mémoires qui reviennent. On a beau aller au bout du monde on ne peut pas changer de mental.
    Ca n’est pas grave tes articles tombent toujours à pic, car depuis que j’ai commencé mes études supérieures j’ai remarqué que je pense toujours à ce que je vais faire plus tard, ce pour quoi je suis faite etc. Je pense que ça me stresse énormément car je ne vis pas dans l’instant présent, et je m’invente des vies en y croyant très fort juste pour remplir ce vide « mais pourquoi suis je ici? en quoi puis je me rendre utile ? dois je faire un travail qui ne me plaît pas ? ». Je ne sais pas si tu as connu ça quand tu avais vingt ans. Je ne pense pas être la seule, mais je change constamment d’avis, je suis perdue.

    Alors dommage qu’il n’y ait pas une solution toute prête à la fin de ton article, mais en fait tant mieux.
    A part ho’oponono, prier et méditer que suis-je censée faire ? Les dates pour postuler en master approchent, mais je ne suis sûre de rien…haha
    Merci pour ton article, il tombe à pic et je suis tellement contente d’avoir connu ton blog aussi jeune. J’ai gagné quelques années! hihi

    1. Hannah

      Bonsoir Célia,
      Oui bien sur j’ai connu ça quand j’avais 20 ans.
      Je suis allée faire mes études au Canada mais je
      n’avais aucune idée de ce que je voulais faire!
      Finalement j’ai pris l’éducation nationale pour
      avoir du temps.
      J’aimais bien mais ce n’était pas mon vrai travail.
      Et ce n’est pas grave de ne pas choisir forcément le bon tout
      de suite.
      Tu développeras en parallèle ce qui te motive vraiment et si tu
      dois changer un jour tu le feras… choisis le métier le plus
      confortable pour toi et ne perds pas de vue que tu as certainement
      une mission qui t’attend quelque part mais sans doute plus tard!

      1. Célia

        Merci pour ta réponse Hannah mais je comprends pas,
        le plus confortable ? Confortable spirituellement ou matériellement?
        Je ne sais pas du tout, je suis perdue.

        1. Hannah

          Hello Célia, le plus confortable c’est celui qui réunit le plus de
          qualité entre le matériel et l’éthique parce que finalement on passe
          pas mal de temps au travail mais on n’est pas obligé de trouver immédiatement
          ce qu’on veut vraiment faire. Ça se dessine petit à petit, on a besoin
          de murir;-)

          1. Célia

            Oui c’est vrai, merci 🙂

  12. Eric

    Hannah. C’est toujours avec un grand plaisir que je découvre tes articles. Ils me permettent souvent de recadrer mes pensées, de les corriger. Comme tu me l’as dit lors d’une séance, je sens nettement ce petit garçon en moi que je ne laisse point s’exprimer et qui souffre encore tant. Je trouve bien entendu des excuses à cela, c’est si simple ou presque…..Je sens aussi aujourd’hui que je ne suis pas sur Mon chemin, je dois en changer et j’y suis prêt. J’attends avec impatience ce stage en Thailande pour approfondir et continuer dans cette conscience qui m’a tant manquée. Merci pour tout, A très bientôt. Eric

    1. Hannah

      A bientôt avec grand plaisir Eric;-)

  13. nelly

    hello Hanna!!

    Voilà ce quec’est quand on ne lit pas les mails tout de suite!!!! trop tard pour le voyage!!! la thailande n’est pas un endroit qui m’attire mais y aller dans ces conditions je veux bien!! alors la prochaine fois!
    là je continue les couleurs et c’est vraiment top! pas évident mais moi qui n’ai jamais joué ni aimé (du coup!) joué je prends un plaisir infini avec ces couleurs,
    Merci beaucoup*

    1. Hannah

      Nelly tu t’en sors très bien avec la formation couleurs et tes
      interprétations sont très pertinentes;-)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge