«

»

Juil 31

Etre heureux en couple : voulez-vous une relation qui dure?

 

Être heureux en couple, c’est possible?

.

Entrer dans une relation est rarement neutre. Sans que vous le sachiez, vous arrivez avec votre lot de croyances, d’espoirs ou de craintes.

.

Être heureux en couple, vous aimeriez mais avez-vous des preuves dans votre entourage que c’est possible?

.

Pour certains, la relation est l’expression d’une montée flamboyante d’enthousiasme, suivie d’une redoutable déconfiture, être heureux en couple ne fait pas partie des options possibles.

.

Pour d’autres, c’est le lieu même où il est impossible de cultiver plaisir, enthousiasme et énergie vivante. Je vous propose dans cet article, quelques clés pour rester enthousiaste toute l’année dans votre relation.

.

Cet article est proposé pour la Croisée des blogs, organisée ce mois-ci par Pascal du blog “Communication-soignante“sur le thème de l’enthousiasme.

.

Vos expériences passées et votre système interne de défense vous ont préparé à anticiper la relation comme étant :

.

*  Un danger : il faut être prudent, on ne sait pas sur qui on tombe et les apparences peuvent être trompeuses

*   Un espoir : enfin quelqu’un qui me correspond en tous points, c’est l’homme ou la femme de ma vie (même si cela fait 20 fois que ça arrive)

Un fantasme : c’est mon âme-soeur, nous nous sommes déjà rencontrés dans une autre vie, j’ai l’impression de le connaître, même si je ne l’avais jamais vu auparavant.

*   Une distance obligatoire : je ne sais pas trop ce que je ressens, il ou elle a l’air accroché mais moi je ne sais pas.

*   Un agacement : dès le premier jour il s’est montré insistant, il ne faudrait pas qu’il s’imagine…ou elle a râlé parce que j’avais dix minutes de retard, si ça commence comme ça, c’est mal barré…

.

Ne rêvez pas, vous n’avez pas rencontré quelqu’un, vous avez juste croisé une personne qui vient de réveiller toutes vos mémoires relationnelles. Être heureux en couple, ce n’est pas encore pour tout de suite!

.

Vous venez juste de vous voir en train de réagir à une construction qui n’appartient qu’à vous et ne dit rien sur la façon dont l’autre s’est réellement comporté.

.

Vous venez aussi de révéler au grand jour la façon dont vous êtes identifié à une émotion plutôt qu’une autre, peur, colère, tristesse, culpabilité etc… quand il s’agit d’entrer en relation.

.

Les blessures, obstacles à être heureux en couple

.

Dans les relations, vous cherchez une réparation de vos blessures même si vous ne pensez pas en avoir. Les blessures ne viennent pas forcément de votre vie d’adulte, c’est pourquoi vous semblez parfois les ignorer.

.

Vous en découvrez toute l’horreur dans une relation affective alors qu’elles sévissent depuis longtemps dans votre subconscient. Ces blessures se déclinent pour la plupart dans ces termes :

.

* trahison

* rejet

* abandon

* abus

* humiliation

* spoliation

* injustice

* négligence

* isolement

* esclavagisme

* torture

* harcèlement

* atteinte à l’intégrité

* manipulation

* faire valoir

* maltraitance

* exploitation etc…

.

Il est toujours difficile d’imaginer que ces difficultés qui resurgissent dans les relations puissent avoir une racine dans l’enfance.

.

Vous n’avez pas forcément le souvenir de ce qui vous arrivé dans vos premières années car votre cerveau n’en a pas gardé la mémoire vive alors que les traces sont encore dans votre mémoire cellulaire.

.

Vos parents ne sont pas forcément au courant de ce qui vous est arrivé parce que vous n’étiez pas sous leur surveillance en permanence.

.

Sachez simplement que votre mémoire cellulaire va rejouer des scénarios connus dans votre vie d’adulte afin que vous puissiez en prendre conscience et vous en libérer.

.

Vous ne pouvez pas refaire le passé mais il vous est possible de lâcher ces images traumatiques que vous avez conservées et auxquelles vous êtes inconsciemment accroché.

.

Être heureux en couple passe par cette conscience

.

Le savoir peut vous aider à ne pas mettre toutes vos souffrances sur le dos de votre conjoint(e) mais bien d’envisager qu’elles vous appartiennent et vous conditionnent, dans les relations, à des schémas douloureux.

.

L’ignorer peut vous amener à reproduire inlassablement ces mémoires dans votre vie d’adulte et croire que vous n’êtes pas fait pour la relation ou que les hommes (les femmes) ne sont pas dignes de confiance.

.

C’est alors tout votre capital « bonheur relationnel » qui est envoyé à la trappe et c’est dommage de se gâcher ainsi la vie. Être heureux en couple devient de la science fiction!

.

Vous risquez de devenir un aigri de la relation qui prône que l’amour n’est qu’une question d’hormones et qu’en dehors de la procréation les relations ne servent à pas grand chose à part souffrir.

.

Vous pouvez aussi affirmer que la passion n’est qu’une histoire d’endorphine et d’ocytocine qui vous permet de vivre quelques moments d’extase mais se limite à un phénomène chimique.

.

Il n’en est rien. La relation peut réellement devenir un de vos plus grands facteurs d’enthousiasme si vous respectez quelques règles.

.

Être heureux en couple, des recettes?

.

Vous entendez parfois parler de couples qui ont réussi à maintenir une véritable relation et vous vous demandez comment ils ont réussi ce miracle.

.

.

Que les incompatibilités aient été émotionnelles, matérielles, intellectuelles ou spirituelles, rien n’a entamé la qualité de leur relation.

.

Les conseillers matrimoniaux pensaient que les chances de réussite d’un couple dépendaient d’intérêts communs et d’antécédents similaires.

.

C’est encore ce qui se passe dans les pays où les mariages sont arrangés. Une adéquation du niveau d’étude, de la position sociale et des standards financiers des familles est le gage d’une bonne entente.

.

Heureusement que la libération sexuelle des années 60 a réintroduit l’idée d’une compatibilité physique entre les partenaires comme chance supplémentaire de pérennité dans les relations.

.

Selon moi, aujourd’hui, les facteurs de réussite sont aussi liés

.

* à la nécessite d’un engagement, même s’il n’est pas écrit et signé.

* à la conception d’un projet commun

* à un système commun de valeurs

* à une capacité à rester présent et conscient

* au développement d’une communication authentique

.

1°) Soignez votre engagement pour être heureux en couple

.

Signer un acte de mariage puis laisser tranquillement son conjoint(e) faire partie des meubles de la maison dans une sécurité routinière ne va pas booster votre enthousiasme.

.

Au mieux, vous aller chercher un quatre heures (ou une) pour entretenir votre énergie vivante, au pire, vous commencez à vous cristalliser sur place.

.

Vous détournez alors votre attention de tout ce qui est relationnel en dehors de vos enfants et vos petits enfants…si vous avez la chance d’en avoir.

.

Vous vous investissez dans un passe-temps chronophage ou vous mettez la mise sur la réalisation de vous-mêmes au travail.

.

N’oubliez pas que vous êtes sur terre et non sur une île déserte. La réalisation de vous-mêmes ne peut se faire sans la confrontation aux êtres humains qui sont là pour éprouver votre cœur.

.

C’est une des raisons pour lesquelles les maîtres tibétains encouragent les moines à se marier après 20 ans de retraite.

.

Il ne faudrait pas que leur réalisation de l’Esprit et de leur véritable nature ne puisse se mettre au service des relations humaines.

.

L’épreuve proposée n’est pas si simple et si ce sujet vous passionne, je vous recommande la lecture de Jack Kornfield : “après l’Eveil, la lessive”.

.

Si vous n’avez pas encore vu le film de Pan Nalin, voici un extrait de cette œuvre magnifique.
.

 

.

Si vous acceptez de faire de la relation votre priorité, vous acceptez d’être « neuf » chaque jour sans savoir ce que vous réserve la relation.

.

Si vous avez eu des enfants, vous savez que l’étonnement est au rendez-vous chaque matin lorsque vous entrez dans la chambre de votre nouveau-né.

.

C’est un peu la même chose pour les liens adultes, imaginez que chaque matin, vous avez à redécouvrir de quoi est faite la relation.

.

C’est cela l’engagement et il est renouvelable chaque matin. La relation n’est pas due, elle n’existe que dans la présence que vous entretenez chaque jour avec l’autre.

.

Elle n’exclue pas les émotions, les frustrations, les colères et les déceptions mais celles-ci restent une priorité à traiter dans la journée. C’est l’ajustement créateur en fonction de ce que chaque jour réveille.

.

Il n’y a pas celui ou celle qui se sent mal et celui ou celle qui ne sent rien, les deux sont concernés et c’est un exercice quotidien.

.

2°) La nécessité d’un projet commun pour être heureux en couple

.

Un couple est une aventure à deux. Cela ne signifie pas qu’il faille faire tout ensemble. Le couple est une respiration entre faire seul et faire ensemble.

.

Vous restez un humain à part entière, vous continuez à faire ce que vous appréciez dans la vie mais, en plus, vous avez le plaisir de pouvoir partager certaines de vos activités.

.

Tout arrêter pour tout faire ensemble va vous mener droit à l’asphyxie. Vous n’êtes pas sacrifié sur l’autel de la relation à deux.

.

En échange, vous avez aussi à déterminer un projet commun. Si vous êtes jeune, il y a des chances pour que le projet commun soit les enfants.

.

.

Une famille est un projet commun, ce n’est pas une entité qui engloutit les libertés individuelles. Si la votre n’est pas préservée, vous allez vite perdre votre enthousiasme.

.

Élever des enfants relève donc d’un projet : pourquoi voulez-vous élever des enfants ? Vous avez à vous mettre d’accord sur les raisons de ce projet, même si vous savez dans un coin de votre cerveau qu’une partie de la réponse est votre programmation biologique.

.

Comment vous appropriez-vous cette programmation biologique ? C’est la notion de projet qui va vous pousser à vous mettre d’accord pour la bonne marche de l’éducation.

.

Si vous ne déterminez pas un projet commun quant à la famille, vous allez être aspiré par la montagne de projections que vous allez faire sur les enfants.

.

Sans le savoir, vous allez chercher à réparer votre enfance et tomber dans le piège de ne pas voir que vos blessures ne peuvent pas s’éradiquer en donnant du soin à un enfant.

.

Chacun va vouloir réparer à sa façon sa propre enfance et vous partez au fiasco assuré car vos blessures respectives, même identiques, ne s’extériorisent pas de la même façon.

.

C’est bien sur tout l’objectif de la thérapie : dégager vos enfants et vos relations de toute la charge de votre propre éducation.

.

Il est regrettable que si peu d’écoles pour parents existent et que cette notion de base ne soit pas enseignée dans les maternités…ça me donne une idée.

.

Si vous avez un projet commun, toutes les décisions seront prises en fonction de cette optique.

.

Je connais un couple formé à la pratique Montessori où les parents éduquent eux-mêmes leurs enfants afin de pouvoir passer plusieurs mois à l’étranger sans se mettre dans l’illégalité par rapport à l’éducation.

.

C’est leur projet de couple et de famille. Après cela, les enfants suivent le projet, même si, à long terme, les enfants feront leur propres choix.

.

Avec un projet de couple, vous gardez à l’idée mon conseil numéro un : soigner votre engagement. Vous n’êtes pas en train de défendre des vues théoriques sur l’éducation, vous cherchez en commun à appliquer un système de valeurs cohérent qui vous enthousiasme.

.

Ce couple n’a pas besoin de se battre avec la société et le système scolaire, il est libre de vivre son projet. La relation n’est pas sacrifiée sous prétexte qu’il y a  5 enfants à élever.

.

Avoir un projet commun vous oblige à revenir chaque jour vérifier sa cohérence auprès du conjoint. C’est aussi ce que les enfants ont besoin de voir dans le couple de leurs parents.

.

Si, parce que vous vous êtes senti négligé enfant, vous misez tout sur la relation avec vos enfants en négligeant votre partenaire et votre projet commun, vous oubliez votre raison première d’avoir fait une famille !

.

etre-heureux-en-couple5.

Si votre enthousiasme de vie dépend plus de vos enfants que de votre capacité personnelle à être heureux en couple, c’est une lourde responsabilité que vous mettez sur leur dos sans vous en apercevoir.

.

Vous ne vivez pas avec le père et la mère de vos enfants…vous vivez aussi avec votre potentiel à être heureux… ou avec celui ou celle qui vous montrera le mieux vos blessures à travailler.

.

Si vous n’avez pas d’enfants en vue, votre projet de couple reste à définir. Partager un loyer et des charges ne peut pas suffire pour garder l’enthousiasme de la vie de couple.

.

C’est cette notion même de projet qui sous-tend le fait d’être une « équipe ». Vous œuvrez ensemble à un objectif qui vous tient à cœur.

.

Vous recevez de l’aide, du soutien et surtout, vous vivez l’inter-dépendance. Vous partagez vos ressources plutôt que vos charges et vous réalisez à deux quelque chose de plus grand que si vous étiez tout seul.

.

L’amour se concrétise par une création plus riche et plus porteuse de transformation que ce que vous pouviez imaginer seul.

.

Cette alliance avec l’autre n’est pas qu’affective, elle se vit aussi à tous les niveaux de votre vie, celle de votre réalisation, de votre transformation et de votre contribution au monde.

.

3°) Mettez en commun votre système de valeurs pour être heureux en couple

.

Assurez-vous de collaborer avec une personne qui partage vos valeurs et vos priorités. Qu’est ce qui est le plus important pour vous ? Vivez-vous dans le même monde que votre conjoint(e) ?

.

Avez-vous l’impression que vous trouvez une oreille attentive pour partager vos trouvailles, vos réflexions, vos sujets d’intérêt ?

.

Êtes-vous intéressé par ce que l’autre vous raconte ou êtes-vous simplement poli et compatissant ?

.

Vous avez parfois tellement eu l’habitude enfant, de ne pas pouvoir partager votre monde sans recevoir jugements et critiques, que vous n’osez plus vous aventurer sur ce terrain.

.

Vous avez aussi pu souffrir de violences et d’intransigeance de la part de vos éducateurs au point que vous êtes prompt à vous contenter de quelqu’un de « gentil » qui ne vous fera pas de mal.

.

.

Trouver une sécurité affective auprès de quelqu’un de “gentil” ne va pas forcément enflammer votre enthousiasme.

.

Si vous avez choisi quelqu’un pour être certain de ne jamais revivre certaines horreurs du passé, vous n’êtes pas à l’abri de l’ennui !

.

L’enthousiasme ne peut pas se vivre sans que vous ne soyez poussé un peu hors de votre zone de confort, et cela ne signifie pas forcément « dangers ».

.

4°) Continuez à entretenir présence et conscience pour être heureux en couple

.

Comment vérifier que vous êtes bien en lien avec la personne avec qui vous vivez ? En étant présent. Présent à ce qui est, présent à ce qui se passe, à ce qui se dit, à ce qui s’échange mais aussi à ce qui ne se dit pas.

.

Vous ne pouvez pas vous en remettre uniquement à l’autre pour savoir si la connexion existe bien, vous avez à vérifier par vous-mêmes.

.

La présence vous ramène à l’instant, pas à ce que vous vous racontez de la relation, pas non plus à vos espoirs et vos craintes mais plutôt à ce qui s’y passe vraiment.

.

Comment vous sentez-vous dans la présence de l’autre aujourd’hui ? Si vous êtes présent, aucun court-circuit relationnel ne peut vous échapper.

.

Vous n’avez pas nécessairement besoin de demander à l’autre comment il va, vous le voyez…C’est bien ce qui se passe avec vos enfants n’est ce pas ?

.

.

Vous ne pouvez pas toujours compter sur eux pour exprimer ce qui ne fonctionne pas pour eux. C’est aussi à vous de le remarquer et de poser des questions.

.

Parfois, c’est le simple intérêt de l’autre qui vous permet de prendre conscience de vous-même. Son regard et sa vision peuvent être inestimables.

.

Savoir que vous pouvez compter sur l’autre (et pas que pour monter votre valise ou faire un pot-au-feu) vous maintient dans le plaisir d’être à deux.

.

Pouvez-vous parler de vous-même (et pas du dernier film de Woody Allen) dans la relation ? Laissez-vous aussi l’autre parler de lui ou avez-vous immédiatement besoin de lui donner des conseils ou de lui trouver une solution ?

.

Pouvez-vous rester présent à la détresse de l’autre ou sentez-vous le besoin de vous évader pour ne pas vous sentir contaminé ?

.

Trouvez-vous, de votre côté, une oreille empathique lorsque vous avez besoin de nommer quelque chose de personnel ?

.

Cet espace d’intimité où chacun a le droit d’être soi est un des plus grands ressourcements de la relation de couple.

.

Ne le négligez pas si vous voulez surfer sur votre enthousiasme au fil des années.

.

5°) Trouvez l’espace d’une communication authentique pour être heureux en couple

.

S’exprimer et communiquer ne sont pas la même chose. Parler de soi et échanger ne sont pas non plus synonymes.

.

La clé d’une communication authentique est d’accepter de garder le contact pendant les moments difficiles où rien ne semble possible avec l’autre.

.

etre-heureux-en-couple8.

Lorsque les blessures dont je vous parlais plus haut sont activées, l’espace de communication au présent semble rompu.

.

En apparence, il n’y a plus moyen de discuter. Dans la réalité des faits, l’autre ou vous-mêmes venez juste de pénétrer dans une bulle du passé incluant une blessure.

.

Cela est à respecter plutôt qu’à éviter car de toutes façons, vos problèmes non résolus vont utiliser l’espace relationnel afin que vous puissiez les traiter et vous en libérer.

.

Si vous refusez que la relation puisse être aussi la magnifique éclosion de vos subconscients respectifs, votre relation ne fera pas long feu.

.

C’est ce processus qui va vous ouvrir le cœur et vous permettre d’être plus aimant envers vous-même et envers le reste de l’humanité. Être heureux en couple, c’est aussi vivre ces moments de limitation.

.

Ne vous privez pas de cet espace alchimique de transformation. C’est sans doute ce que le contrat de mariage tente d’exprimer au travers du célèbre « pour le meilleur et pour le pire ».

.

Le pire fait rarement état de la relation elle-même mais plutôt des blessures de chacun qui émergent dans la relation.

.

Ne vous y trompez pas ou vous mettriez en péril votre enthousiasme à continuer la relation. Ce n’est pas la relation qui a un problème mais seulement les protagonistes et vous le premier.

.

Pouvez-vous laisser cette petite marge de flou entre vous et l’autre lorsqu’une « mémoire » (selon la tradition Ho’oponopono) apparaît ?

.

Pouvez-vous, avant de sauter à des conclusions rapides, prendre le temps d’aller « introspecter » en vous ce qui vient de se passer et qui ravive le passé ?

.

Pouvez-vous aussi, avant de sur-réagir ou de disparaître entre les lattes du parquet, reconnaître que vous venez de sauter sur une mine dont la cause est en vous ?

.

Vous est-il possible de garder le contact avec l’autre en expliquant que vous allez traiter de votre côté ce qui vient d’émerger ?

.

Avez-vous aussi la certitude que la personne en face de vous va faire de même et accepter de se remettre en question ?

.

Êtes-vous capable de ne pas succomber au désir d’infliger à l’autre une des blessures dont je vous ai parlé plus haut, histoire d’oublier que vous êtes profondément touché ou blessé ?

.

etre-heureux-en-couple7.

Sentez-vous aussi chez l’autre un fond de bienveillance même s’il n’est pas d’accord plutôt qu’un désir de vous détruire ou de vous faire disparaître de la planète?

.

Avez-vous cette certitude que, lorsque chacun aura démêlé ses propres histoires, la paix peut revenir à tout instant dans la relation ?

.

C’est cela la communication authentique : garder un pied dans le présent alors que la tempête s’agite sans s’accrocher à la certitude d’avoir raison.

.

Après tout, que savez-vous vraiment de la profondeur de votre subconscient et des blessures qui y sont encore gravées ?

.

Bien entendu, c’est le sujet le plus délicat. C’est là que vous savez si vous êtes un adulte responsable ou un petit enfant de trois ans qui joue à papa et maman avec son partenaire.

.

C’est là que vous savez si la relation est votre priorité et si vous avez le courage de regarder vos ombres en face.

.

C’est aussi à ce moment-là que vous savez que votre couple est fait pour durer ! N’oubliez pas d’y rajouter vos petits rituels que vous êtes seuls à connaître et qui font qu’aucune relation ne se ressemble.

.

.

N’oubliez pas non plus de lâcher vos obligations pour prendre du bon temps, quels que soient les circonstances, les drames et les obligations.

.

Rajoutez quelques nouveautés régulièrement afin d’explorer ensemble un espace de découvertes. Vous êtes assuré de vivre heureux en couple et de rester enthousiaste toute l’année mais aussi le reste de votre vie !

.

Et vous, quel est votre secret pour garder l’enthousiasme dans la relation? Dites-le moi dans un commentaire!

 

Share This Post

48 pings

    Les commentaires sont désactivés.