«

»

Juil 30

Et s’il fallait choisir entre chercher l’ame-sœur et reussir sa vie de couple ?

Chercher l’âme-soeur ou réussir sa vie de couple prend du temps !

Je vous vous propose une petite histoire de Jodorowsky pour illustrer cela.


Les contes initiatiques nous révèlent toujours la nature profonde de notre être.


” Un maître d’épée présenta ses fils à un maître d’arme réputé, afin de lui montrer leur degré d’évolution dans cet art. Il plaça un pot en argile en équilibre sur une porte ouverte puis il appela le plus jeune des garçons ;

celui-ci, ouvrant la porte fit basculer le vase qui chuta. Celui-ci dégaina son épée en un éclair et trancha le vase bien avant qu’il ne touche le sol.

Il répéta l’opération avec son fils aîné. Au lieu de dégainer son épée, l’ainé saisit le vase au vol et le posa délicatement sur le sol. Le père dit, celui-là a atteint le niveau le plus élevé.

Le maître d’armes, plaça alors le vase au dessus de la porte et héla son meilleur élève.

L’élève, passant sa tête dans l’entrebâillement, sourit, amusé et montrant qu’il avait compris l’intention de son maître ne poussa pas la porte.

A la maîtrise on ne détruit plus mais à la perfection, on ne se laisse plus piéger. Il n’y a plus besoin de résoudre des problèmes, on les évite. On déjoue la bagarre avant qu’elle ne se produise. »



C’est exactement ce qui se passe au niveau des relations . Vous avez certainement appris à jouer d’un instrument, à danser la salsa, à chanter ou à construire des maisons ?


Cela n’est pas venu en un jour, n’est-ce pas ? Il en est de même pour les relations.


Au choix, l’âme-soeur ou réussir sa vie de couple?



Si vous n’apprenez pas les rouages relationnels, vous êtes condamné à apprendre «sur le tas», ce qui signifie que tant que vous n’avez pas les clés, vous jouez votre relation tous les jours au poker.


Si vous êtes célibataire, vous avez sans doute déjà testé pas mal de modes relationnels.


Au début, vous preniez le pot sur la tête mais aujourd’hui, vous savez trancher en plein vol le pot afin d’éviter les blessures.


Vous n’avez plus mal mais…vous êtes célibataire, sans doute en quête de l’âme-soeur?


Vous êtes peut-être aujourd’hui, après un long mariage, dans une nouvelle relation plutôt différente. Il y a plus de douceur, de satisfaction, vous déposez calmement les pots qui pourraient vous agresser.


Vous avez gagné en soin, en communication, en sensation d’être pleinement nourri, et pourtant régulièrement, vous retombez dans une impasse.


Vous savez en sortir maintenant, vous êtes devenu un expert mais vous ne comprenez pas pourquoi vous ne vivez pas THE relation épanouissante dont vous avez rêvé. Êtes-vous passé à côté de l’âme-soeur ?


Il vous arrive même parfois de retrouver dans votre nouvelle relation les parfums connus de votre mariage précédent alors que vous avez tout fait pour éviter cela.


Si vous avez gardé l’amour de vos jeunes années et que vous en êtes à célébrer des noces de turquoise, de jade, de topaze ou de tourmaline (eh oui, ça existe), vous en êtes au même point:


Vous avez opté pour l’option «réussir sa vie de couple» mais il vous reste la «perfection» à installer dans votre relation, celle dont parlait le maître zen de notre petite histoire.


Pour cela, il va vous falloir apprendre certaines règles pour jouer le grand jeu de la vie et de l’amour.



Dans les deux cas, on veut réussir sa vie de couple


Que croyez-vous qu’il se cache derrière le concept de l’âme-soeur ? A part le fantasme de l’être parfait, vous désirez une relation faite d’intimité, de confiance, de joie, de communication, de complicité, bref, vous cherchez la satisfaction et le bonheur.


Pensez-vous la trouver clé en main comme on tombe sur la maison de ses rêves où il n’y a plus que les rideaux à accrocher ?


Cherchez-vous plutôt une relation qui s’enrichit au fil du temps et qui permet à la vie et à l’amour de s’épanouir ?


Je ne suis pas là pour briser vos rêves, après tout, vous êtes parfaitement capable d’attirer à vous la relation idéale.


La question est, comment allez-vous réussir à la maintenir dans le temps ? Et bien, cela s’apprend. Pour cela, voici pour commencer deux secrets :


  • Vos schémas parentaux peuvent induire malgré vous des comportements relationnels.
  • Vos propres blessures aussi. Comptez aussi sur les schémas parentaux de l’autre ainsi que ses blessures.


Quatre bonnes raisons pour se tenir au courant !


Réussir sa vie de couple malgré les schémas hérités


Que vous le croyiez ou non, vos schémas relationnels viennent de votre modélisation (ou contre-modélisation) parentale.


Depuis votre première cellule, vous êtes imprégnés de la relation entre votre père et votre mère.


Il ne suffit pas de dire «ce n’est pas ce que je veux pour ma vie». Vous devez d’abord ramener à la conscience ce que cela vous a fait de vivre dans un tel environnement et  mesurer comment vous avez été affecté.


Il n’est pas question de blâmer vos parents, ils ont fait ce qu’ils ont pu avec les parents qu’ils avaient.



Vous ne savez pas à quel point leur modèle relationnel a été ancré en vous (dans votre disque dur) à l’âge où vous ne pouviez pas filtrer les croyances toxiques.


Vous ne vous souvenez certainement pas non plus des conclusions que vous en avez tiré pour votre future vie de couple.


Ce que votre mère pensait des hommes peut avoir inspiré en vous des croyances à propos des hommes au niveau inconscient. Idem pour votre père à propos des femmes.


Vous n’avez peut-être pas vu, enfant, de relations convaincantes non plus. Dans un gigantesque bras d’honneur, vous cherchez à prouver que vous êtes capable de faire mieux que vos parents et que tous les autres.


Parfois, on peut remonter plus haut dans l’arbre généalogique . Vos grands-parents ou arrière-grands-parents, jouaient à la roulette russe en se mariant.


Ils n’avaient pas le droit de vérifier leurs affinités ni leur compatibilité sexuelle avant le mariage alors, ou la mayonnaise prenait ou ils apprenaient à faire sans.


Vous tendez donc inconsciemment à reproduire les schémas implantés en vous par ceux qui vous sont les plus chers. Le but est de vous en apercevoir à temps et de trouver une issue plus favorable qui corresponde à vos attentes.


Réussir sa vie de couple malgré ses blessures


Vous échapperez peut-être au modèle parental mais vous ne passerez pas outre vos propres blessures .


Certaines personnes tombent raide dingues l’une de l’autre et passent en l’espace de deux ans, de l’état amoureux à la haine ou l’indifférence. Comment cela est-il possible, il doit bien y avoir une raison ?


Il est normal qu’il y ait des moments d’agacement, d’espoirs déçus, ou vous vous fermez temporairement à la relation.


Si par contre, la vie de couple se poursuit en cohabitation acceptable plutôt qu’en alliance sans cesse renouvelée, c’est qu’une blessure est à l’œuvre.


Il va falloir vous y faire: le couple est le lieu où vos blessures personnelles profondes se réveillent le plus et sans votre consentement.


Votre partenaire, va nécessairement révéler les espaces douloureux de votre histoire au moment où vous n’êtes pas sur vos gardes.


Vous trouvez cela injuste ? Non seulement vous avez vécu des moments difficiles dans l’enfance mais en plus, vous allez les retrouver dans votre vie amoureuse ?


La vie n’est pas là pour accomplir vos désirs mais pour vous révéler qui vous êtes. Vous seuls, pouvez, à partir de vos expériences, trouver votre chemin vers un accomplissement.


Réussir sa vie de couple malgré les sous-personnalités


Sachez que vous n’êtes pas qu’une seule personne. Ce que vous prenez pour votre personnalité n’est qu’un instinct de survie.


En effet, pour être apprécié vous avez sélectionné des aspects de vous-même comme l’enthousiasme, la spontanéité, le rire, l’excitation, la bonne image, l’enfant doux, aimant et obéissant.


Vous avez été récompensé pour votre travail à l’école, vous devenez un bon élève, c’est votre personnalité, ou plutôt une sous-personnalité que vous développez et qui vous aide à obtenir de bonnes notes…


Vous pouvez aussi développer une sous-personnalité violente et revendicatrice qui vous attire les foudres de vos professeurs.


Ce que vous ne savez pas, c’est que cet aspect de vous-même est commandité par l’inconscient de votre maman (ou votre papa) qui, elle (lui), s’est fait agresser dans sa jeunesse sans pouvoir trouver la puissance de riposter!


Vos personnalités, vont du clown, au perfectionniste, au critique acerbe, au gentil qui fait plaisir, au cynique, à l’agresseur, au sportif etc..


Quand vous parlez de vous-mêmes, vous parlez de vos sous-personnalités. Elles sont en surface. Vous les utilisez pour vous définir et décrire vos comportements.


Certains aspects n’étaient pas bienvenus. Vous avez alors gommé de votre personnalité tout ce qui était “réprimandable”.


Ainsi, la tristesse, la peur, l’abandon, le rejet, l’anxiété, la déprime, la colère, le ressentiment, etc. ont été stockés dans votre inconscient.


Ce sont des aspects de vous-même qui sont en second plan. Vous les retrouverez plus tard quand ils jailliront au mauvais moment comme des diables de leur boite, entre la poire et le fromage.


Votre sous-personnalité frustrée ou agressive est moins visible , elle ne vous caractérise pas pour le moment mais vous la sentez vous miner.


Il y en a d’autres qui sont vos potentiels inexplorés parce que personne ne les a activés.


Vous avez déjà deviné ce que j’allais vous dire…?


Réussir sa vie de couple grâce aux sous-personnalités !


Ces sous-personnalités qui sont restées au second plan vont resurgir dans la relation amoureuse. Mieux encore, vous allez attirer quelqu’un qui les incarne et vous allez tomber amoureux dans l’instant.


C’est mathématique, il n’y a aucune erreur possible. Votre compagnon (votre compagne) va vous obliger à vous souvenir de vos personnalités négligées et oubliées. Et si elles sont trop enfouies, c’est lui (elle)-même qui va les incarner.



A ce moment-là, vous avez deux options possibles : le (la) blâmer et entretenir colère et déception, ou prendre votre responsabilité dans le conflit.


Si vous passez le test de rester ouvert à la relation sans fuir dans le travail, avec un (e) amant (e) ou dans l’éducation des enfants, alors on peut dire que vous avez trouvé l’amour….en vous .


Vous allez me dire : oui mais, comment faire pour rester ouvert si celui (celle) que j’aime me blesse et m’entraîne dans le cycle infernal des émotions négatives qui me rappellent tout ce que je déteste ?


C’est ce que nous verrons en seconde partie de l’article.

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “Rapports humains” organisé par le blog Copywriting Pratique. Si vous avez lu cet article et qu’il vous a plu, alors merci de cliquer sur ce lien : J’ai aimé ce que j’ai lu !

Et vous, où en êtes-vous de votre recherche? Avez-vous trouvé l’âme-soeur? Avez-vous trouvé un secret pour réussir votre vie de couple? Laissez un commentaire!


Share This Post

42 pings

    Les commentaires sont désactivés.