«

»

Fév 20

Comment faire un vrai travail sur soi?

Faire un vrai travail sur soi pas si simple, pourquoi?

 

Voici la suite des vidéos du défi “une vidéo par jour”. ce n’est pas simple de faire un travail sur soi parce que tous ceux qui s’intéressent au développement personnel cherchent à s’améliorer et surtout arrêter de souffrir.

C’est normal et naturel mais cette motivation est rarement suffisante pour vivre une réelle transformation. Dans cette vidéo 8, le travail sur soi, c’est d’abord travailler sur sa peur.

La peur crée ou comment “vouloir se rassurer” entretient-il la peur ?

Votre cerveau est programmé pour la survie. Si vous ne faites pas un effort pour être conscient de vos pensées, il va chercher par défaut tous les détails qui pourraient mettre votre vie en danger.

Il n’est donc pas encore question de faire un travail sur soi.

Résultat : chute de votre taux vibratoire mais résultat encore plus catastrophique : vous risquez de croire à ce que vos pensées vous racontent.

Pour peu que vous ayez eu une enfance un peu difficile avec des parents très occupés, absents ou inexpérimentés, vous avez géré seuls des moments difficiles.

En tant qu’enfant, vous n’avez pas su les maîtriser et il reste une trace de ces paniques dans votre psychisme et votre mémoire cellulaire. Faire un travail sur soi est souvent superficiel et atteint rarement cette couche de votre Être.

Enfant, vous en avez déduit, sans le savoir, que la vie était dangereuse et aujourd’hui, bien que les dangers soient écartés, vous continuez à vibrer sur le mode peur.

Le problème c’est que, comme c’est une seconde nature qui vous colle à la peau et que cela a toujours été, vous ne savez pas combien la peur est présente dans votre vie. Là est la limite habituelle lorsqu’on cherche à faire un travail sur soi.

Je vous propose une petite histoire soufie pour illustrer ce propos et 2 questions à vous poser lorsque vous anticipez une difficulté qui n’est pas encore dans votre vie comme la peur de la trahison ou la peur de l’accident.

.

.

.

Pour faire un travail sur soi, doit-on éviter tout jugement ?

 

D’ordinaire, il est de bon ton, lorsqu’on désire faire un travail sur soi, d’éviter de juger.

Sauf que, pour se faire, il faudrait que tous les jugements que vous portez soient conscients…or c’est loin d’être le cas !

Vous jugez lorsque vous êtes face à un comportement inconnu qui vous met en difficulté, enfin qui met votre mental en difficulté car il ne se rassure qu’avec du connu.

Il en est de même avec les aspects de vous qui sont cachés, inconscients et dont vous ignorez l’existence.

Faire un travail sur soi devient difficile si vous ne savez pas que la plupart de vos schémas sont invisibles à l’œil nu.

Pire, vous utilisez des leurres pour être certain de ne pas approcher du réel sujet qui fâche, je vous en reparlerai dans une prochaine vidéo.

Sans le savoir, vous projetez ces aspects sur l’autre et vous croyez dur comme fer que c’est l’autre qui incarne ces défauts que vous combattez.

Ce qui vous énerve chez l’autre ou vous pousse à le juger pourrait bien être un outil précieux…

.

.

.

.

Faire un travail sur soi encourage t-il le rêve ou la réalité?a

 

Et vous, êtes-vous de tempérament plutôt rêveur ou plutôt activiste ?

Au lieu de défendre farouchement les bienfaits de l’option que vous avez choisie, venez voir dans cette vidéo comment combiner ces 2 comportement apparemment opposés.

Faire un travail sur soi, ce n’est pas se mettre dans l’optique réussite uniquement puisque vous vous occupez aussi de vos états émotionnels.

Ce n’est pas non plus passer sa vie dans la méditation de la pleine conscience car vous êtes incarné et la vie exige aussi que vous passiez à l’action.

N’oubliez pas que vous avez 2 cerveaux (en dehors de la trilogie, cortex, limbique et reptilien) un droit plutôt intuitif et un gauche plutôt rationnel.

Pourquoi vous priver de l’un ou de l’autre quand vous pouvez associer les 2 ?

.

.

.

.

Ce n’est pas l’autre qui me manque mais qui je croyais qu’il était

 

Vous avez vu dans la vidéo sur le jugement qu’il était difficile de ne pas projeter sur les autres les aspects que vous n’aviez pas accueillis en vous.

Faire un travail sur soi c’est rencontrer invariablement le manque. Lorsque vous êtes dans le manque, vous y croyez vraiment et la réalité est bluffante.

Il m’est arrivé il y a longtemps un grosse crise de manque, j’étais sur le parking d’un grand centre commercial.

Le manque prenait presque des allures de panique. J’ai pensé m’installer dans ma voiture et téléphoner à n’importe qui juste pour entendre une voix familière et me rassurer.

Puis j’ai eu un éclair de conscience qui m’a dit « ce n’est qu’une émotion » ce n’est pas une réalité. Faire un travail sur soi, c’est ramener la conscience dans l’instant.

Alors je l’ai travaillé comme une émotion et en quelques minutes la sensation de manque s’est arrêtée.

J’étais contente de moi car je n’avais pas fait comme d’habitude, c’est à dire trouvé une distraction ou me faire un « shoot » d’humain (comme on se fait un shoot de sucre) pour éviter de sentir.

Vous n’êtes jamais complètement en contact avec un autre mais avec votre vision de l’autre et votre perception…

.

.

.

Que faire de ma peur pour l’autre ?

 

Vous avez vu dans une précédente vidéo que la pensée crée des vieux films et des insécurités.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à la peur pour l’autre, l’inquiétude pour un proche.

Vous y êtes tellement habitué que peut-être vous ne pensez pas que cela rentre dans la catégorie faire un travail sur soi.

Nombreuses sont les mères qui projettent qu’il pourrait arriver une catastrophe qui les prive de leurs enfants, surtout quand ils prennent l’avion ou qu’ils partent à l’étranger.

La petite phrase “téléphonez-moi quand vous arrivez” n’est pas si anodine qu’il y parait.

Pourquoi projeter une catastrophe? Prenez-vous cette injonction pour une preuve d’amour ou une expression de la peur?

C’est quand même dans votre corps que ça se passe donc, c’est votre mémoire et elle n’a rien à voir avec les personnes pour lesquelles vous vous inquiétez.

Depuis quand s’inquiéter pour quelqu’un fait grandir l’amour que vous avez dans votre cœur?


S
i la peur est gérable, eh bien apprenez à gérez sans recouvrir tout le tableau de votre peur. Si elle ne l’est pas, c’est à dire si c’est cellulaire, pensez à utiliser TIPI (technique d’Identification des Peurs Inconscientes)

De la même façon, vous avez hérité des peurs de vos parents. Dans cette vidéo, je vous déroule l’absurdité qui pousse un parent à vouloir qu’un enfant réussisse alors que ce dernier vient à peine de démarrer sa vie…

 

 

 

.

Libre arbitre, volonté ou prédestination ?

Quel lien avec faire un travail sur soi?

 

Pour certains ce serait rassurant de savoir que tout est écrit et qu’il suffit de laisser sa vie se dérouler pour aboutir à bon port.

Pour d’autres l’idée même d’une prédestination est un concept insupportable car il est hors de question d’imaginer que nous sommes conditionnés et par conséquent pas libres.

Malheureusement ou fort heureusement rien n’est jamais tout noir ou tout blanc.

Ce qui est prévisible, c’est votre passé. Tant que vous n’avez pas fait un travail suffisamment profond pour vous libérer de vos conditionnements, le passé a tendance à resurgir dans votre présent.

C’est aussi ce qui fait que vous avez peur pour l’avenir… vous craignez que l’avenir ressemble à votre passé !

Qu’est ce qui fait que votre futur devient différent ? Chaque fois que vous êtes dans la dynamique de faire un travail sur soi, de nettoyez vos mémoires et que vous comprenez une leçon de vie.

Le temps qu’il vous faudra pour cela n’est peut-être pas écrit à l’avance et ne figure pas dans votre thème astral.

Venez découvrir un proverbe Yiddish assez étonnant sur ce sujet:

.

.

.

.

Rencontrer une facette de soi

C’est aussi cela faire un travail sur soi!

Vous avez certainement entendu parler de tout ce qu’on peut faire en utilisant un symptôme ou une maladie (par exemple) pour libérer la partie émotionnelle qui justement crée la maladie.

Vous pouvez parler à vos cellules, leur envoyer de la lumière pour accélérer votre guérison.

Vous pouvez aussi parler aux différentes facettes de vous-mêmes, à vos organes etc… pour tenter de les harmoniser .

Ce que je vous propose ici va plus loin, c’est une technique pas ordinaire, qui ne présente aucun danger mais que vous aurez besoin de faire plusieurs fois si vous voulez entendre les réponses intuitives qu’elle propose.

Je vous raconte comment faire un travail sur soi pas ordinaire dans cette vidéo.

.

.

Faire un travail sur soi pour résoudre un problème de choix

Vous avez peut-être parfois l’impression que lorsque vous êtes confronté à un choix, il y a un bon et un mauvais choix. Vous avez peut-être aussi le regret de ne pas vivre l’autre option avec l’impression de perdre quelque chose d’important pour vous.

L’exemple typique, c’est lorsque vous avez 2 options à la même heure sur votre calendrier : faire le stage truc que vous attendez depuis longtemps ou aller faire du ski avec vos amis qui sont, pour la première fois, tous réunis.

Faire un travail sur soi, ce n’est pas toujours choisir l’option “je me délivre de mes schémas” ça peut aussi être “choisir consciemment de vivre le partage et l’échange”.

Il n’est pas question d’y aller au raisonnable parce que ce n’est pas votre tête qui a la solution.

Projetez-vous dans une option pour voir ce que vous sentez puis projetez-vous dans l’autre situation pour voir si vous sentez une différence. Vous choisirez ensuite l’option dans laquelle vous vous sentez le mieux ou en joie.

.

.

.

.

Voilà pour cette semaine : de faire un travail sur soi au jugement en passant par le manque et la peur pour l’autre, 8 petites capsules avec une piste de réflexion par jour.

Je reviendrai certainement dans les jours à venir sur les leurres qui empêchent de faire un vrai travail sur soi.

N’hésitez pas à écrire dans les commentaires les sujets que vous aimeriez voir traités. Quelle vidéo vous a le plus parlé? Laissez un commentaire!

Share This Post

17 comments

  1. Corinne05000

    Bonjour Hannah!
    Je voudrais partager mon expérience concernant le fait que “tous ceux qui s’intéressent au développement personnel cherchent à s’améliorer et surtout arrêter de souffrir.”
    Depuis un an que je suis ta formation “secret des couleurs”, j’ai contacté de nombreuses souffrances en moi mais il en est une qui restait inaccessible car j’utilisais l’Invisible pour m’en protéger soigneusement. J’ai suivi tes conseils, j’ai fait Ho’oponopono pour demander pardon à la partie infantile en moi d’avoir chercher à ne pas sentir sa PEUR (en me réfugiant dans le “divin”) et j’ai dit que j’étais prête à sentir (en douceur) cette peur…Quelques jours après, alors que je me rendais au bureau de poste, j’ai entendu un galop et un halètement dans mon dos: c’était un gros chien noir et il m’a sauté dessus! Moi qui n’ai habituellement pas peur des chiens, j’ai senti une terreur immense, qui a pris la forme d’un courant électrique de la tête aux pieds, car à ce moment-là j’avais choisi de ne pas me défendre et de “juste sentir”…C’était comme si j’avais rencontré le chien des Baskerville! Pourtant ce chien n’était absolument pas dangereux, il m’a accompagné un bout de chemin. Je l’ai remercié de s’être manifesté car grâce à lui j’ai senti la terreur dans laquelle ma “petite” a vécu son enfance et maintenant je sais que je peux gérer cette peur! Jusqu’à présent je demandais souvent de l’aide à l’Invisible pour m’extraire de la douleur mais un autre choix est possible: accueillir mes parties souffrantes, sentir leur peur en temps réel, traverser cette peur, accepter pleinement l’incarnation , alors et alors seulement, l’Esprit pourra descendre dans la Matière!
    Merci Hannah pour tous tes conseils.
    je t’embrasse
    corinne D.

    1. Hannah

      Bravo Corinne quel travail!
      Je disais justement à Mustapha, juste au-dessus du commentaire
      de faire cette demande en douceur pour aller vers une libération.
      Si on ne le demande pas, on continue à se protéger mais du coup
      la blessure reste intacte.

  2. JELIDI Moustapha

    Bonjour Hannah

    Vous dites que ” le cerveau est programmé pour la survie. Si vous ne faites pas un effort pour être conscient de vos pensées, il va chercher par défaut tous les détails de votre vie qui pourraient vous mettre en danger.
    Résultat : chute du taux vibratoire mais résultat encore plus catastrophique, vous risquez de croire à ce que vos pensées vous racontent “.

    Tout mon problème est là !
    Je souffre de troubles obsessionnels compulsifs sévères ( lavage des mains et désinfection de tout mon environnement proche ), j’imagine sans arrêt être en contact de virus mortels et me lave beaucoup trop les mains (au savon). La peau de mes mains est très abîmée par ces lavages ultrarépétés.
    Donc, comment ne plus écouter ces pensées si elles sont là comme un programme de survie pour me protéger?
    Merci !

    1. Hannah

      Bonjour Mustapha,
      Effectivement les Toc nous protègent et nous permettent de mieux gérer nos angoisses.
      C’est pourquoi , lorsque vous êtes prêt, vous faites une demande à votre Être
      supérieur, votre Moi profond ou tout ce à quoi vous croyez de transcendant de vous
      permettre en douceur…. d’aller voir ce que le toc cache;
      Plusieurs pistes pour le lavage de mains:
      une mémoire que l’on a vécu enfant de quelque chose de sale
      une mémoire d’enfant parce qu’on a vu quelque chose de “sale”
      mais qui fait peur.
      une mémoire que l’on porte d’un parent qui a vécu quelque chose
      de “sale”.
      une mémoire de maladie où on ne s’est pas senti protégé par les
      parents et où on a cru mourir.
      Cette mémoire de saleté n’a pas encore nettoyée donc le toc la protège.
      Sauf que le toc est parfois beaucoup pus génant que la mémoire en question
      qui, de toute évidence, n’était pas mortelle puisque vous êtes vivant.

      1. Hannah

        PS à Mustapha, lisez le commentaire de Corinne en dessous

  3. Fabrice

    Merci Hannah pour ces précieux éclairages… Bise

    1. Hannah

      Merci Fabrice, heureuse d’avoir un petit mot de toi. Biz

  4. claeren

    et bien justement mon problème par rapport au manque c’est qu’en ce moment cela m’arrive et je n’arrive pas à gérer cette peur….je me renseigne sur la méthode dont vous parlez, vous la pratiquez vous même en tant que thérapeute?
    merci,
    bonne journée
    karine

    1. Hannah

      Bonjour Karine,
      Oui, en général je pratique toutes les techniques
      dont je parle car ce sont les seules qui ont réussi
      à m’aider.

  5. JUGO

    Merci infiniment Hannah pour ces vidéos très inspirantes que je vais travailler.

    1. Hannah

      Alors bon travail Monique, que ça reste ludique aussi 😉

  6. juliette

    Hannah vous êtes géniale!
    Je viens de vous découvrir par hasard mais y-a t’il vraiment de hasard dans la vie?
    Un immense MERCI pour ces vidéos qui parlent à mon âme .
    C’est une vraie psychothérapie que vous proposez, sauf que celle-ci est utile.
    Merci de partager toutes ces leçons de vie de façon simple et concrète et avec le sourire lol!
    Et avec des chiens en plus!
    Que du bonheur!
    Bravo et merci!

    1. Hannah

      Bonjour Juliette,
      Ce format vidéo me permet de donner des exercices
      légers mais profonds et ça change des longs articles que j’écris habituellement…

  7. Brigitte

    Bonjour Hannah

    Un grand merci pour ce partage. J’ai passé le mois de février avec tes vidéos et en même temps, j’ai continué le travail sur moi.
    Parfois ce n’est pas facile d’accepter telle ou telle situation. Je dirais que grâce à ton aide et les outils que tu proposes. Il y a des résultats.
    C’est pas facile mais encouragements !
    Bon rétablissement
    Je t embrasse Brigitte

    1. Hannah

      Bonsoir Brigitte
      Ravie que tu voies des résultats dans ta vie.
      Heureusement parce qu’on avait bien chargé
      la mule dans cette vie 😉

  8. danielle

    bonjour Hannah

    quel bonheur de tomber sur ce long article qui tombe à pic sur ce que je cherche à travailler mes peurs de catastrophes , de pertes qui m’angoissent et j’essaie autant que possible de revenir dans le moment présent pour ne pas me laisser entrainer par mon mental diablotin
    toutes vos vidéos sont riches d’enseignement; récemment j’ai fait une chute et me suis cassée 2côtes peut être plus me suis ouverte la lèvre et je demande de savoir en douceur ce que veut m’apprendre la vie
    je suis une formation sur l’ouverture des canaux extra sensoriels mais j’ai beaucoup de résistance car je ne me sens pas capable…pensez vous que cette chute soit dans ce prolongement,,,?
    vous parlez de défi ???j comment continuer à le suivre,?sur Facebook, vous parlez de chaine?, et y a t il un moyen de récupérer les premiers.. défi 1 etc..je suis dans l’ombre en ce moment et aimerais bien retrouver la lumière merci de tous vos partages bien coeurdialement

    1. Hannah

      Bonjour Danielle,
      Ceci est le 3 eme article où je présente les 28 vidéos de
      mon défi du mois de février.
      En retournant sur le blog, vous allez retrouver les 2 derniers articles, (un
      sur la procrastination, l’autre comment faire un vrai travail sur soi
      et vous aurez les 6 vidéos qui restent dans un prochain article.
      Si vous allez sur Utube et que vous taper Hannah Sembely, vous trouverez
      un bouton rouge pour vous abonner à ma chaîne Utube et vous recevrez toutes
      mes vidéos.
      Pour votre chute, c’est difficile à dire, parfois on se fait mal mais cela
      signifie qu’on est en train de guérir et si ça se passe comme ça, c’est qu’on ne
      pouvait pas faire autrement.
      Cela vous oblige à ralentir et à mieux sentir.
      Belle soirée

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.