«

»

Mar 28

7 astuces et une couleur pour faire les bons choix

faire les bons choix 6Faire les bons choix article ou vidéo ?


Voici une nouvelle formule : mon article en vidéo pour les auditifs et le texte en dessous de la vidéo!

 

En fait, vous avez cette possibilité de faire les bons choix à longueur de journée sans vous en apercevoir.

 

Vous allez d’ailleurs, dès maintenant avoir à faire un choix : voulez-vous me lire ou m’écouter ?

 

.

Découvrez dans cet article des infos inédites à propos de ce qui se cache derrière les problématiques au choix, le manque ou le trop plein.

 

Découvrez en fin d’article la couleur à porter qui vous permettra d’éclaircir votre vision, de façon à faire les bons choix ou les choix alignés.

.

Faire les bons choix, vous êtes sur le grill toute la journée…

 

Dès le réveil, vous pouvez faire le choix de vous souvenir de noter vos rêves ou de continuer à croire que vous vous en souviendrez une fois que le mental aura repris ses droits….

 

Vous avez aussi le choix de sentir dans quel état vous êtes et de faire une pratique pour vous recentrer ou de laisser dériver votre journée à partir d’un réveil difficile.

 

Vous êtes libre ensuite d’ingurgiter des aliments qui vont créer de l’acidité dans votre estomac, (le sucré, les laitages) ou de prendre des aliments plus sains pour augmenter votre énergie.

.

.faire les bons choix 7

Vous faites ensuite le choix de la couleur de vos vêtements ou de prendre ce qui vient dans l’armoire par défaut.

 

Puis vous décidez de partir dégagé au boulot ou dans la résistance émotionnelle de « je n’ai pas envie d’aller bosser ».

.

.faire les bons choix 11

La nuit porte conseil pour faire les bons choix

 

Lorsque vous êtes le nez sur le guidon, vous êtes dans la partie la plus terre à terre de vous-mêmes, normal que la solution ne soit pas visible.

 

Pour résoudre votre problème de choix, vous avez besoin de vous adresser à une autre partie de vous-mêmes, celle qui est plus sage, même si vous ne la connaissez pas.

.

.

.faire les bons choix 8 

Adressez-lui votre requête avant de vous coucher afin d’avoir un rêve ou une indication matinale du meilleur choix à faire.

 

Soyez patient et ne vous attendez pas à avoir une réponse immédiate, cela peut prendre quelques jours.

 

Cela vous permettra aussi de ne pas faire un choix émotionnel mais bien d’être centré au moment où vous prenez la décision.

.

.faire les bons choix 12

Utilisez la méthode Ho’oponopono pour faire les bons choix

 

Écouter son corps est une bonne astuce, dans les cas où le choix n’est pas difficile et où aucune de vos mémoires n’est engagée, il vous suffit de fermer les yeux et de penser à une des options.

 

Si votre corps se détend, s’élargit et que vous avez une sensation agréable, c’est sans doute que c’est le choix le plus approprié du moment.

 

Si au contraire, votre corps se rétracte et se rétrécit, c’est que la perspective choisie semble vous mettre en difficulté.

 

Cependant, si vous avez une mémoire accrochée, votre thermomètre intérieur ne vous permet pas d’avoir une vision claire et un ressenti juste !

 .

.faire les bons choix 9

.

Vous sentez ce que la mémoire ressent ! Je vous encourage vivement dans ces cas là, à avoir recours à Ho’oponopono.

 

Vous allez, grâce à cette prière, dissoudre une partie des charges qui vous empêchent de sentir et de prendre la juste décision du moment.

 

Voilà ce que ça pourrait donner :

 

  1. Je suis désolé(e), je n’avais pas vu que j’avais une mémoire à ce sujet.
  2. S’il te plaît pardonne-moi d’utiliser le présent comme si c’était un problème alors que la mémoire me ramène à une souffrance beaucoup plus ancienne (même si vous ne savez pas laquelle).
  3. Je te remercie de me montrer ce dilemme aujourd’hui, ainsi cela me donne une opportunité de nettoyer cette mémoire.
  4. Je t’aime.

.

.faire les bons choix 13

La technique de Shakespeare pour faire les bons choix

 

Souvent, vous êtes face à un dilemme très cornélien : Y aller ou ne pas y aller.

 

Faire l’achat ou ne pas faire l’achat, ce qui revient à une seule et unique question : faire ou ne pas faire. Voici enfin l’occasion de comprendre la subtilité du « être ou ne pas être » de Shakespeare.

 

La question n’est pas de faire mais bien d’être. Le problème n’est pas le choix de telle ou telle option mais bien l’état dans lequel vous êtes au moment de faire le choix.

 

Pour une raison que vous ignorez, ce choix ravive des états émotionnels dont vous ne savez pas quoi faire et que vous ne savez pas traiter.

 

C’est le moment de vous occuper de votre état intérieur, vous vous occuperez du choix plus tard.

.

.faire les bons choix 14

La technique du 3ème larron pour faire les bons choix

 

Votre vue limitée vous condamne à ne voir que 2 solutions. Vous êtes, à votre insu pris(e) dans un tunnel dont vous n’arrivez pas à vous dégager. Vous n’avez en outre, aucune visibilité.

 

C’est le moment de faire appel à quelqu’un de confiance. Non pas pour qu’il vous aide à choisir mais parce qu’avec un regard extérieur, une nouvelle option peut se dessiner.

 

L’ami en question n’a pas vos limitations. (il en a d’autres) Un seul regard sur votre problème peut lui faire envisager des solutions qui ne vous étaient pas venues à l’esprit.

.

.faire les bons choix 10

Ne vous laissez pas influencer par l’autre mais écouter bien au-delà de ses mots, ce que son point de vue va ouvrir en vous.

 .

.faire les bons choix 15

.

Vous avez déjà fait le bon choix mais vous ne le savez pas

 

Lorsque vous êtes confronté à cette difficulté, vous avez tendance à affirmer : la vie ne me laisse pas le choix.

 

C’est une occasion supplémentaire de vous plaindre bien entendu parce que vous avez l’impression d’être confronté à un événement que vous n’avez pas choisi.

 

Je pense par exemple à une rupture. En apparence, c’est l’autre qui part, l’autre qui triche ou rompt le contrat tacite de la relation.

 

Qu’en savez-vous ? Je pense particulièrement à une cliente dont le petit ami s’est entiché d’une fille qui s’est retrouvée enceinte.

 

Sous l’angle de « pourquoi la vie me fait ça ? », c’est un drame insupportable. Et si, sans le savoir, elle avait déjà retiré ses billes de la relation bien avant le drame ?

 

Et si, dans le malaise ambiant elle avait, à un autre niveau de conscience, décidé d’arrêter les frais de cette relation ?

 

En apparence, c’est lui qui triche parce que la relation est encore active mais dans la réalité plus profonde, elle est déjà partie…

 

La dépendance fait que le couple a l’air de tenir mais il est déjà terminé ! Pas si étonnant que l’autre ait déjà trouvé quelqu’un.

 

Dans sa dépendance (et sa panique inconsciente), l’autre se dépêche sans le savoir de trouver un autre sein qui va le nourrir.

 

Tant que vous ne vous ré-appropriez pas le choix non conscient que vous avez peut-être fait, la vie n’a aucun sens et la rupture est un drame.

.

faire les bons choix 18.

La vie semble faire un choix à votre place alors que c’est vous qui avez fait le bon choix

 

En fait, la vie se plie en 4 pour vous.

 

Il est parfois difficile de reconnaître cette affirmation dans votre vie. Vous projetez inconsciemment des parents peu disponibles sur la vie et votre croyance profonde (et surtout non consciente) c’est que la vie n’a pas de temps à perdre avec vous.

 

Dans cet état d’esprit, vous prenez tout ce qu’elle vous présente comme une difficulté faite pour vous embêter. Tout vous apparaît comme une corvée supplémentaire à gérer.

 

Or, mis à part pendant votre enfance, c’est rarement le cas. La vie c’est un peu comme un jeu interactif : chaque fois que vous avez un projet, elle se plie en 4 pour vous amener à votre but.

 

Je connais une personne proche qui se retrouve confrontée à craindre des difficultés matérielles à venir.

 

C’est un peu comme si elle disait : j’ai déjà du mal à me concentrer sur mon projet (le lancement de mon activité), pourquoi est ce j’ai en plus à me soucier de l’argent ?

 

Le fantôme de l’insécurité financière apparaît alors comme l’empêcheur de tourner en rond. Pourtant, si on y regarde de plus près, c’est bien vrai que la vie se plie en 4 pour lui faire atteindre son objectif !

 

Comme elle veut lancer son activité, la vie la prépare à ne plus avoir de soutien financier. Si elle en avait, elle repousserait sans le savoir le moment de se lancer.

 

Sans cette compréhension, son dilemme s’est alors transformé en : est ce que je fais rapidement un produit pour gagner ma vie ou est ce que je deviens créative à faire ce que j’aime et ce pour quoi je suis douée?

 

Voyez comment oublier son objectif de vue lui faire interpréter :

 

  1. sa situation financière comme une insécurité (alors que c’est un petit coup de pouce pour avancer plus vite)
  2. un problème de choix quant au produit à lancer alors que son objectif est bien depuis le début, faire ce qu’elle aime et ce pour quoi elle est douée !

.

.faire les bons choix 19

Vous n’arrivez pas à prendre une décision, bref à faire le bon choix.

 

Pourtant il le faudrait, mais les jours passent et vous ne le faites pas.

 

  • Ou vous continuez à croire que c’est juste que vous n’avez pas le temps
  • Ou vous acceptez qu’il y a un obstacle que vous n’avez pas identifié.

 

C’est le propre de la procrastination

 

En général, ce que vous n’arrivez pas à faire, la décision que vous ne prenez pas, n’est pas le problème.

. 

Laissez-moi vous donner un exemple:

 

Vous voulez prendre rendez-vous chez l’ophtalmo mais vous ne le faites pas. Vu de l’extérieur, on pourrait dire que vous ne prenez pas soin de vous ou que vous êtes négligeant(e).

.

.faire les bons choix5

Pourtant, si vous vous posez la question honnêtement vous allez être surpris(e) de votre découverte. Allons-y:

 

Qu’est ce qui t’empêche tout de suite de prendre le téléphone et de prendre rendez-vous ?

  • Parce que je n’ai pas le nom et pas le numéro de celui que j’avais vu il y a quelques années.

 

Comment peux tu le retrouver ?

  • Il faudrait que j’appelle un de mes amis qui le connait .

 

Pourquoi n’appelles-tu pas cet ami?

  • Parce que ça fait longtemps que je ne l’ai pas appelé et je ne voudrais pas reprendre contact juste pour un service.

 

Pourquoi ne l’appelles-tu pas pour prendre de ses nouvelles alors ?

  • Parce que ça fait trop longtemps que je ne l’ai pas appelé…

 

Pourquoi as-tu laissé passer tout ce temps avant de le rappeler ?

  • Parce que la dernière fois ça ne s’est pas trop bien passé.

 

Que s’est il passé ?

  • Je lui ai parlé de mes activités du moment et il a jugé ce que faisais sans respect donc j’ai un peu de mal avec lui depuis…

 

Vous comprenez qu’en accrochant ce sujet épineux comme condition à prendre rendez-vous avec l’ophtalmo, il n’est pas prêt de trouver une solution pour ses yeux !

 

Si vous ne faites pas ce petit interrogatoire, il y a peu de chances pour que la situation se débloque d’elle-même puisque c’est vous qui la bloquez ! Impossible de faire le bon choix!

.

.faire les bons choix 22

Vous voulez aller plus loin ?

 

Qu’est ce qui pose problème finalement quand vous avez à faire un choix ? Vous avez peur de vous tromper… vous pensez donc qu’on peut faire des bons choix et des mauvais choix…

 

De toutes façons partez du principe que, si vous hésitez c’est qu’il y a un problème et c’est votre mental qui a un problème .

 

En effet, si c’est votre intuition qui vous parle, en principe, la voie à suivre est claire.

 

Si vous n’êtes pas certain que c’est votre intuition qui parle, c’est bien parce que votre mental a parlé plus fort.

 

Ce dernier poursuit des objectifs qui ne sont pas les vôtres comme réparer son enfance, survivre alors qu’il n’est pas en danger, sécuriser tout, quitte à ne pas vivre!

 

Si vous êtes encore aux prises avec des éléments du passé non digérés, la vie va vous les représenter sous une forme déguisée.

.

.faire les bons choix 22

Laissez-moi vous donner l’exemple d’un homme qui veut se faire faire un tatouage.

 

Si vous vous en êtes déjà fait faire un, vous savez que le premier tatouage ramène des mémoires que vous pensiez déjà avoir dépassées comme

 

  • que vont en penser mes parents ?
  • que vont en penser mes enfants ?
  • que vont en penser mes clients, mon patron, mes collègues ?
  • est ce que je ne porte pas atteinte à mon corps de façon irrémédiable etc…?

 

Or cet homme qui a eu la bonne intuition de s’en faire faire un avec le parfait symbole etc… hésite encore.

 

Vous n’imaginez pas comment faire un tatouage peut vous faire gagner 3 ans de thérapie…parce qu’il y a de l’action et c’est maintenant !

 

L’auto-questionnement peut là aussi être très utile :

 

Pourquoi hésites-tu ?

  • Parce que j’ai peur que le tatoueur rate mon tatouage..

 

Je le connais, il n’a jamais raté un tatouage…

  • OUI MAIS… si j’avais la certitude absolue qu’il va réussir à coup sur…

 

Non, tu n’auras jamais cette certitude parce que nous sommes dans le vivant dans la vraie vie, celle où ce qui doit arriver arrive.

 

Dans ce cas là, vous voyez bien que cette homme peut faire en sorte que le tatouage soit raté, simplement parce que la peur crée…

.

.faire les bons choix 23

OK, admettons qu’il y ait un raté, qu’est ce que ça va te faire ?

  • C’est insupportable, il faut que tout soit beau et parfait !

 

Et si ça ne l’est pas ?

  • Je ne peux pas passer ma vie à avoir sous les yeux un échec que je ne pourrai pas rectifier…

 

A ton avis, au-delà d’un tatouage de quoi est il question ?

  • D’une mauvaise image impossible à supporter…

 

A ton avis qui a une mauvaise image de lui-même qu’il ne peut pas supporter et avec qui il vit  ?

  • Moi

 

Toujours, à ton avis, depuis quand as tu cette mauvaise image de toi ?

  • Depuis tout le temps…

 

D’où te vient cette mauvaise image de toi ?

  • C’est le regard de mon père sur moi…

 

En es tu certain ?

  • Je ne sais pas mais ce qui est sur c’est que c’est ce que je croisJe crois que mon père ne supporte pas ce qu’il voit de moi car je ne suis pas parfait et je ne correspond pas à l’idée du fils qu’il aurait aimé avoir… (vous comprenez maintenant ce qu’est une croyance limitante)

 

Alors, en fin de compte, que va faire cet homme?

  • Il évite le problème en évitant le tatouage ?
  • Il écoute son intuition, il fait le tatouage et il prie pour que tout se passe bien ?
  • Il fait son tatouage en acceptant l’idée que, à cause de sa mémoire active, il puisse y avoir une difficulté entre lui et son père qui se mette en travers de la réussite totale de son objectif ?

 

Croyez-vous vraiment qu’il soit question de faire le bon choix? Quel est le pire qui puisse lui arriver ?

 

D’avoir sous les yeux la preuve matérielle de sa croyance profonde qu’il n’est pas parfait et pas comme il faut aux yeux de son père.

 

Que pourra t-il faire alors ?

 

Nettoyer sa mémoire jusqu’à ce que voir le tatouage (pas parfait) ne soit plus une souffrance.

 

La vie est une prise de risque constante face à l’inconnu car vous ne savez jamais où vous en êtes de vos mémoires….

 

Qu’auriez-vous fait à sa place ?

 

Un problème beaucoup plus spirituel se cache derrière le problème apparent de vouloir faire les bons choix.

 

Avant d’écrire cet article, je suis allée me promener sur les autres blogs voir ce qui se disait à propos de faire les bons choix et prendre la bonne décision.

 

En lisant pas mal de trucs sur le net à propos des choix, le meilleur conseil que j’aie trouvé c’est, “recentrez-vous sur vous-mêmes et vous pourrez faire des choix à partir de votre identité propre”.

 

Mais le problème est là…quelle identité propre ? Qui est ce moi que je suis censé être et qui connait ce qui est bon pour lui ?

 

Quelle est l’identité de cet homme au tatouage? Une dévalorisation systématique due à grand entraînement dans la relation à son père depuis l’enfance ?

 

Faire un choix à partir de son identité…pas si simple ! Est-ce cela votre idée du libre arbitre?

.

.faire les bons choix 24

.

Nous avons tous des identités forgées à partir de souvenirs douloureux… et nous allons les mettre en scène tout au long de notre vie jusqu’à ce que ces identités soient nettoyées, apaisées, pacifiées.

 

Alors en attendant…vous allez continuer à avoir des problèmes de choix car ils vont vous révéler toutes vos identifications (vos identités défaillantes).

 

Accueillez-les comme une belle opportunité de travail sur vous-mêmes.

 

Je sais que vous voulez faire les choix qui vous rendent heureux tout de suite, pas ceux qui nécessitent de faire un travail d’acceptation des blessures du passé !

 

Finalement, la vérité qui se cache derrière faire les bons choix est la suivante:

 

  1. Ou vous êtes dans l’inspiration et vous ferez un choix inspiré (qui ne nécessite pas de réflexion, donc une évidence plus qu’un choix.)
  2. Ou vous avez une mémoire ou une identité à l’œuvre et vous ferez un choix en conséquence… qui sera nécessairement non inspiré.

.

.

.faire les bons choix 25 

Vous avez alors le vrai choix à faire :

 

  1. Vous décidez d’en profiter pour faire un travail sur vous-mêmes et vous travaillez ce que ça vous fait d’avoir fait ce choix là, en acceptant toutes les conséquences.
  2. Vous décidez que vous vous êtes trompé (ou que le tatoueur est un amateur!), que c’est votre faute et bien fait pour vous. Que c’est la faute de l’autre si tout n’est pas parfait !

 

Alors me direz-vous il n’était pas question dune couleur pour apprendre à faire les bons choix ?

 

Mais oui je n’ai pas oublié, le gris clair est la couleurs des choix. La psychologie des couleurs associe à chaque couleur un faisceau de significations dont vous pouvez tirer profit.

 

Lorsque vous êtes aux prises avec un choix, habillez vous de gris et faites la demande d’avoir des indications qui peuvent vous aider dans votre prise de décision.

 

Et si les couleurs vous passionnent autant que moi je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour une méga surprise en couleurs. Surveillez bien votre boite mail.

 

Maintenant , je vous encourage à me laisser un commentaire au bas de l’article: avez-vous une histoire récente où il a fallu choisir ? Que pensez-vous de faire les bons choix ? Je vous répondrai sur le blog.  C’est à vous!

Share This Post

35 pings

    Les commentaires sont désactivés.