«

»

Août 21

Langage secret des couleurs : quelle est la couleur d’un hyper-responsable ?



langage secret des couleurs 8
Perfectionnisme ou hyper-responsabilité?

 

Bien qu’étant issus de blessures identiques, l’hyper-responsable et le perfectionniste ont souvent des comportements opposés.

 

Le véritable perfectionniste a tendance à culpabiliser les autres et à leur reprocher de ne pas faire les choses comme il les veut.

 

L’hyper-responsable, quant à lui, se sent investi d’assurer le bien-être des autres et leur évolution.

 

Il se sent responsable de la terre entière, des êtres vivants, de leur sort, de leur bonheur, de leurs souffrances et de leurs réactions.

 

Voici donc la suite annoncée du dernier article sur le perfectionniste: je vais vous raconter les joies et les affres d’un hyper-responsable au cas où ce serait vous, surtout si vous êtes aussi un parent.

 

Je vous dévoilerai en fin d’article ce qui, dans le langage secret des couleurs caractérise l’hyper-responsable.

Le perfectionniste dit : « arrête de faire ce que tu fais car cela me fait fait toucher une blessure insupportable. Ne fais rien qui puisse me rappeler de près ou de loin ce que j’ai vécu ».

 

L’hyper-responsable propose : « dis moi ce qui te fait souffrir que je t’arrange cela. Pendant ce temps-là, cela va m’éviter de sentir que je pourrais avoir les mêmes souffrances que toi ».

 

La question qu’un hyper-responsable ne se pose pas, est : qui est-ce que je cherche tant à aider et pourquoi ? En général c’est évidemment son problème qu’il tente de résoudre chez l’autre.

 

 Les 5 caractéristiques d’un hyper-responsable :

 

1°) L’hyper responsable a des leçons à donner.

 

Comme le perfectionniste, en tant qu’hyper-responsable, vous cherchez à éduquer les autres, non pas pour imposer votre vision des choses mais plutôt pour élever leur conscience.

 

En apparence la motivation est saine mais elle cache souvent un regret de ne pas avoir pu éduquer vos parents afin qu’ils soient plus conscients de leur éducation et donc que vous souffriez moins !

 langage secret des couleurs 1

 

Vous rêvez de générer un monde d’humains responsables et conscients afin de vous sentir moins seul.

 

Cet objectif serait loyal, si vous ne cherchiez pas à éviter un profond sentiment de solitude lié à votre enfance et votre éducation.

 

 2°) L’hyper-responsable est trop sérieux

 

On se demande toujours pourquoi des enfants qui n’ont pas été bien traités ou livrés à eux-mêmes s’en sortent si bien dans leur vie : ils deviennent souvent hyper-responsables.

 

Si vous vous reconnaissez comme un hyper-responsable, en apparence vous allez bien. Vous réussissez votre vie et vous arborez une forme de résilience mais vous manquez de joie de vivre.

 

Vous n’êtes pas malheureux non plus mais la joie et la profondeur de l’amour nourrissant sont exempts de votre vie.

 

La façon que vous avez de tout prendre sur vos épaules vous réconforte mais ne vous rend pas heureux.

 

Assurer la protection de tous est une seconde nature mais vous vivez, en quelque sorte, par procuration.

 

Vous pouvez vous réjouir du bonheur des autres mais n’êtes pas certain de l’éprouver dans votre vie.

 
langage secret des couleurs 10

 

3°) L’hyper-responsable n’a pas la foi

 

Il n’a la foi ni en les autres, (ce qui revient à dire qu’il n’a pas confiance) ni en la vie, ni en l’Esprit de chacun. La confiance n’est pas son fort, contrairement à ce qu’il se raconte.

 

Prenons le cas de celui qui vit avec un alcoolique ou un grand dépendant.

 

Même lorsque la situation devient insupportable, il reste aux côtés du grand dépendant parce qu’il projette que personne d’autre que lui ne va pouvoir l’aider.

 

Il refuse aussi d’admettre que la personne dépendante ait aussi des ressources en elle qu’elle pourrait d’ailleurs mobiliser si elle sentait vraiment qu’on allait la quitter !

 

L’hyper-responsable tend à ignorer que l’autre a aussi un esprit, un guide intérieur qui pourrait lui permettre de sortir de la dépendance pour évoluer.

 

Il ne reconnaît en fait aucune force plus grande que la sienne pour sauver l’humanité même s’il se dit croyant ou spirituel.

 

 4°) L’hyper-responsable est seul au monde

 

Lorsqu’il y a un conflit, surtout s’il fait un travail sur lui, l’hyper-responsable cherche ce qui, en lui, a généré le conflit.

 

Rien de répréhensible à cela, surtout lorsqu’on connaît Ho’oponopono. Malheureusement il le fait de façon défensive : en cherchant en lui les sources du problème, il fait en sorte de le solutionner sans s’accorder ni se confronter à l’autre.

 

Si je caricature, cela pourrait ressembler à cela :

 

“Tu vois, ce matin, c’était difficile pour moi quand tu as décidé que nous n’irions pas en weekend alors que c’était prévu de longue date et que je m’en faisais une joie.

 

Je sais que ça touche des choses de mon enfance où je n’avais pas le droit d’imposer mes désirs et je vois que j’ai encore du travail sur moi à faire.

 

Cela génère pas mal d’émotions que je vais aller traiter si je ne veux pas que mon weekend soit gâché”.

 

Ce qu’il évite c’est de se confronter et de dire:

 

“J’ai besoin que nous discutions sérieusement de ce qui vient de ce passer. Pour moi un couple c’est un échange et une communication qui respectent les besoins de chacun.

 

J’ai besoin que tu m’expliques ton revirement de comportement afin que je puisse comprendre ce qui te motive et que nous puissions faire un compromis par rapport au temps que nous devions passer ensemble.

 

J’ai aussi besoin à l’avenir que tu exprimes tes difficultés lorsque nous avons décidé d’un projet commun”.

 

Vous voyez la différence. L’hyper-responsable va régler son problème tout seul puisqu’il est seul à gérer depuis l’enfance sans rendre à l’autre sa responsabilité.

 

Il a l’air tolérant et bien élevé. Il a appris la communication non-violente et connaît Jacques Salomé sur le bout des doigts.

 

Il est conscient que quelque chose ne va pas mais dans le déni total du conflit.

 

5°) Un hyper-responsable manque de confiance et de valeur

 

Adulte, en tant qu’hyper-responsable, vous êtes intolérant à toute injustice ou tout abus même si c’est aux autres que cela arrive.

 

La question que vous ne vous posez pas pourrait-être: quel abus ai-je subi pour être aussi réactif aux injustices ?

 

Vous ne connaissez de votre histoire que votre hyper-réactivité à venir en aide aux êtres vivants même quand l’aide n’est pas demandée.

 

N’ayant pas reçu l’aide dont vous aviez besoin enfant, vous avez du mal à vivre véritablement un échange. Vous avez tendance à vous mettre à la disposition et au service des autres.

 langage secret des couleurs 11

Contrairement au perfectionniste, c’est souvent l’autre qui a raison et vous ne cherchez pas à négocier.

 

Votre profond sentiment d’insécurité et de solitude est lié au fait de ne pas avoir trouvé un adulte à qui vous confier.

 

Vous devenez souvent des adultes hyper-actifs et très à l’écoute de ce que les autres expriment de leurs besoins.

 

Cette faculté d’être une grande oreille compatissante et serviable se retrouve dans votre environnement familial et professionnel.

 

Vous êtes facilement l’esclave volontaire d’un(e) conjoint(e), d’un parent, d’un patron ou de vos enfants.

 

Même si cela n’était pas décelable dans votre vie de jeune adulte, vous vous êtes reconnu comme un(e) grande) dépendant(e) affectif, souvent inhibé face à votre besoin d’être aimé.

 

Vous avez été capable de supporter très longtemps le manque d’affection dans un couple ou dans votre univers familial.

 

Un hyper-responsable souffre en silence alors qu’un perfectionniste exprime son mécontentement.

 

Causes de l’hyper-responsabilité

 

Naît-on hyper-responsable ou le devient-on et comment ? A votre avis, l’hyper-responsabilité est une qualité innée ou acquise ? Retournons un peu aux sources, là où tout a commencé.

 

L’enfant perçoit le monde à partir de son propre point de vue et jusqu’à environ 4 ans, il croit qu’il est au centre de tous les évènements.

.

 lapensedelenfant36ans

 

 

Lorsqu’il y a des souffrances ou des drames familiaux comme la mort, la maladie, la dépression, le divorce, l’alcoolisme etc, l’enfant croit qu’il en est responsable. C’est de sa faute.

 

L’égocentrisme est une phase normale du développement de l’enfant sauf que dans un contexte difficile, l’enfant est seul à gérer la solitude.

 

Là où il aurait besoin d’attention et d’explications, il se sent prisonnier des conflits des adultes qui l’ont en charge.

 

La souffrance de l’enfant est d’autant plus grande qu’il est totalement impuissant à éradiquer les conflits qui le touchent lui, ainsi que ses proches.

 

Dans un sentiment de toute-puissance (et pour échapper à cette impuissance), il développe l’illusion de pouvoir aider, réparer, guérir, rendre heureux et se faire aimer.

 

L’hyper-responsable et l’enfance abusée

 

La confiance se développe lorsque vous avez la preuve que vos besoins psychologiques et physiologiques de base sont respectés.

 

Cela se situe à un âge où vous êtes totalement impuissant à les satisfaire vous-mêmes, c’est à dire, entre 0 et 2 ans

 

Elle ne se développera pas si vous avez l’impression d’être traité différemment de vos frères et sœurs sans pouvoir en parler.

 

Un enfant abusé est celui qui n’a trouvé aucun parent pour le soutenir dans les moments difficiles et qui a du traverser seul ses difficultés sans pouvoir exprimer ses émotions et ses véritables besoins.

 

Sans aller jusqu’aux sévices, vous pouvez, avec cette définition, mesurer qu’un enfant est vite abusé.

 langage secret des couleurs 7

 

A cause de sa grande sensibilité, un rien l’angoisse et le met en difficulté

 

Ce sont les travaux d’Alice Miller qui ont aidé les adultes à comprendre à quel point un enfant ou un bébé pouvait souffrir au quotidien sans pour cela être maltraité.

 

Un enfant abusé est aussi celui à qui on demande quelque chose qu’il n’est pas capable de faire comme:

 

  • S’occuper de ses frères et sœurs,
  • Réaliser des exploits sportifs au lieu de vivre sa vie d’enfant
  • Apprendre seul
  • Réaliser des exploits scolaires alors que des angoisses mobilisent son énergie.
  • Travailler au lieu de jouer hors du temps scolaire
  • Être un objet sexuel
  • Grandir loin de ses parents

Un hyper-responsable a souvent été un enfant parentalisé

 

Si vos parents dysfonctionnaient, vous vous êtes senti exclu de la relation avec eux à titre d’enfant.

 

Vous ne vous êtes pas senti traité comme tel mais plutôt comme un petit adulte qui doit savoir fonctionner.

 

Ne pouvant être un enfant, vous vous êtes identifié à l’un des parents , voire les deux.

 

Afin de répondre à leurs besoins, vous avez redéfini votre nouveau rôle dans la famille, vous privant ainsi d’être un enfant en voie d’autonomie.

 

Si vous avez vu l’excellent film de Clint Eastwood « Au-delà », vous avez certainement remarqué à quel point les petits jumeaux du film sont parentalisés.

 

.

 

Un enfant parentalisé se voit investi d’un pouvoir de régulation dans le système familial.

 

C’est ce rôle qu’il gardera adulte dans sa famille ou dans un groupe. Il peut aller jusqu’à remplacer un parent.

 

Souvent il doit prendre parti malgré lui et soutenir un parent défaillant. Ce dernier ne se rend pas compte de ce qu’il réclame à l’enfant dont le sacrifice n’est ni reconnu ni apprécié.

 

L’enfant sollicité par la triangulation (otage entre deux personnes) ne peut se permettre d’être autonome ni d’avoir une vie propre.

 

C’est un des ferments de l‘hyper-responsabilité qu’il développera dans sa vie d’adulte. De là découlera le sentiment que la protection, en dehors de celle qu’il offre, n’existe pas.

 

Il est privé de tout ce qui fait une vie d’enfant ; abandon joyeux à la vie qui pourvoit, transmission de modalités relationnelles saines et nourrissantes, sentiment d’appartenance.

 

Si vous êtes un parent hyper-responsable

 

Il est extrêmement difficile de faire la différence entre être un parent et être hyper-responsable, les deux semblent synonymes.

 

Cela est d’autant plus vrai si vous avez souffert d’un manque de soutien dans l’enfance.

 

Quoi de plus naturel que de vouloir réparer en faisant vivre à vos enfants l’inverse de ce que vous avez vécu?

 

Être hyper présent dans la vie de vos enfants est une chose mais savez-vous être hyper-présent à vous-mêmes ?

 langage secret des couleurs 6

 

 

Il y a les nécessités de l’éducation obligatoire certes, je pense notamment à l’exercice pénible d’avoir à superviser les devoirs de vos enfants.

 

Évitez les longues heures à leur faire repasser les devoirs. Posez-vous la question de pourquoi vous voulez tant qu’ils aient des bonnes notes ?

 

Pour qu’ils soient fiers d’eux ? Vérifiez bien si les notes qu’ils obtiennent les rendent malades !

 

Souvent les enfants ne s’inquiètent que de la réaction de leurs parents, ce qui représente un souci supplémentaire.

 

De deux choses l’une : ou ils ont vraiment des troubles de l’attention et donc ils sont mobilisés par des difficultés la plupart du temps psychologiques.

 

Ou ils sont reliés à votre inconscient et ce qu’ils vous montrent de leurs difficultés à l’école a un rapport avec votre propre enfance ou celle de votre conjoint(e).

 

Vous vous inquiétez pour leur avenir? Pourquoi êtes-vous déjà en train de programmer qu’ils auront des difficultés à choisir et trouver un métier qui leur convient et qu’ils choisissent parce qu’ils l’aiment?

 

On ne peut pas avoir peur de ce qui ne nous est pas arrivé.

 

Qu’avez-vous vécu lorsque vous étiez adolescent et qu’il était temps de choisir un métier ?

 

Le problème des parents hyper-responsables, c’est qu’ils sont persuadés de s’inquiéter de l’avenir de leur enfant alors qu’il s’agit de leur propre peur:

 

  • celle qu’ils avaient quand ils étaient adolescents de ne pas trouver un travail et gagner de l’argent.
  • Celle de ne pas avoir eu le droit ou le choix de faire les études qu’ils voulaient faire.
  • celle d’avoir à porter financièrement leurs enfants trop longtemps alors qu’ils tirent déjà le diable par la queue.

 

Même si c’est votre enfant qui a l’air d’avoir des difficultés, considérez que c’est vous qui en avez un. Traitez déjà ce qui vous concerne par un travail sur vous-même.

 

S’il reste des difficultés chez votre enfant après que vous ayez travaillé les vôtres, vous vous apercevrez qu’elles sont minimes et la plupart du temps très gérables.

 

Laissez plutôt vos enfants semer un joyeux chaos dans votre vie plutôt que de chercher à tous prix à réparer ce que vous n’avez pas eu sur leur dos.

 

Il n’était pas question du langage secret des couleurs ?

 

Quelle est la couleur de l’hyper-responsable ? C’est une couleur de l’arc-en-ciel dont on parle peu, entre le bleu et le violet : l’indigo.

.

 langage secret des couleurs 9

 

 

L’indigo est la couleur des questions qu’on se pose sur la vie, le recul qu’on cherche à prendre sur les évènements.

 

C’est la couleur de la conscience et de la connaissance de soi. Cette sagesse intérieure s’appréhende par la connaissance de ce qui est caché.

 

L’indigo est aussi la couleur de la méditation et de la présence à soi.

 

Elle permet de prendre votre part de responsabilité dans les évènements qui vous arrivent et les situations auxquelles vous êtes confronté.

 

Poussée à l’extrême, elle devient hyper-responsabilité. A propos de couleurs, je vous annonce que mon livre est enfin publié et qu’il est disponible dans la boutique.

 

Et vous, avez-vous parfois la sensation de porter le monde sur vos épaules? Aimez-vous la couleur indigo?

Share This Post

51 pings

    Les commentaires sont désactivés.