«

»

Août 08

Peut-on guérir un perfectionniste avec Ho’oponopono ?

perfectionniste et ho'oponopono14Je ne vais pas parler ici du perfectionniste de base, c’est à dire de celui qui trouve un réel plaisir dans l’effort du travail bien fait. Il n’est pas parfait et il le sait.

 

Je vais plutôt vous parler de la compulsion à la perfection, celle qui fait que vous n’êtes jamais satisfait de vous, des autres ou de votre travail.

 

Je vous expliquerai aussi ce que vous pouvez faire à ce propos avec la méthode hawaïenne Ho’oponopono.

 

Vous avez tous un perfectionniste à l’intérieur!

 

Le désir de perfection est celui qui vous pousse à vous comparer et à juger votre valeur en essayant d’atteindre des buts irréalistes.

 

C’est aussi celui qui vous laisse sans repos tant que la tâche n’est pas accomplie, dans une tension vers sa réalisation.

 

A priori, un perfectionniste ne cherche pas à guérir de sa compulsion car il la trouve positive, ce sont plutôt les autres qui ne sont pas assez travailleurs !

 

Mais d’abord, à quoi cela sert-il de vouloir être parfait, sans défaut et sans tache, si on garde présent à l’esprit que la perfection est totalement subjective ?

 

Comme toute compulsion, l’objectif premier est de se sentir mieux.

 

C’est un véritable paradoxe: vous voulez être parfait afin de vous sentir bien et dêtre heureux.

 

 imagetrs

 

 

Or, nous allons le voir, être perfectionniste (à l’extrême) vous condamne à ne pas l’être.

 

Comme un acteur qui s’imprègne de son rôle avant de le jouer, j’ai une petite tendance, ces derniers articles, à expérimenter pour moi ce que je vous écris.

 

D’ordinaire, je publie mon article en fin de semaine afin qu’il soit prêt le lundi. Cette fois-ci, je n’ai pas procrastiné mais cela n’a pas été possible.

 

Je me suis vue prise dans un désir de perfection à garder mon cap alors que les circonstances ne le permettaient pas.

 

Le beau temps étant de retour en Thaïlande, j’ai du choisir entre profiter de la vie et boucler mon article à tous prix dans les temps.

 

Je me suis bien battue et il semblerait que j’aie gagné la manche sur mon petit intégriste perfectionniste intérieur…quoique la matière me résiste encore ce matin!

 

Cet article est écrit pour la croisée des Blogs de Régis du blog “moment présent”, sur le thème : éloge de l’imperfection.

 

Je vais vous parler des 6 plaies du perfectionniste que j’ai pu relever sur moi-même et quelques proches !

 

1°) Un perfectionniste ne vit pas dans le présent

 

En tant que perfectionniste, vous n’êtes jamais tout à fait là : vous œuvrez pour le futur et vous inquiétez déjà des résultats à venir.

 

Vous critiquez, vous vous jugez vous-même tout en remâchant ce qui n’a pas été parfait dans le passé.

.

 

 Stop-Criticizing-Yourself-in-6-Steps

                  “Si les gens vous jugent, laissez-les continuer à être parfaits”

 

 

Vous tentez de faire correspondre une image parfaite connue ou sublimée (passée ou irréelle) que vous avez en tête avec le présent sans vous soucier de ce que vous propose la vie ici et maintenant.

 

Vous êtes propulsé en permanence dans ce qui doit être plutôt que dans ce qui est. Or, il n’y a qu’un seul instant où vous pouvez être heureux, c’est maintenant!

 

2°)Le perfectionniste est un tyran impitoyable pour lui-même

 

Vous vous mettez la barre à une hauteur inaccessible: vous vous jugez donc en permanence de ne pas l’atteindre.

 

Vous avez l’art de vous empoisonner la vie tout en faisant tout terriblement bien et mieux que les autres!

 

En tant que perfectionniste, vous trouvez que vous ne progressez pas assez vite. Vous êtes un véritable intégriste surtout lors d’un apprentissage.

 

Vous vous en voulez de ne pas maîtriser assez vite une nouvelle technique et vous vous mettez une pression constante qui n’est pas sans effets sur votre corps.

 

Bien entendu, un perfectionniste ne fait pas ou peu d’erreurs. Vous êtes compétent même si vous vous inquiétez de ne pas l’être.

 

Mais cela vous coûte très cher en énergie et en stress.

 

Vous êtes fatigué. Exceptionnellement vous devriez vous coucher tôt mais le travail prévu doit être fait ce soir coûte que coûte.

 perfectionniste ho'oponopono10

 

 

Vous vous assimilez à une machine qui doit fonctionner à tous prix en oubliant que vous faites partie de la nature. Vous voulez fonctionner à plein régime.

 

Or ce n’est pas possible, vous avez un corps et des limites. Vous n’êtes pas Superman, vous Êtes seulement.

 

Est-ce que la montagne est parfaite ? Elle est tout simplement.

 

 

3°) Un perfectionniste a raison

 

Si vous êtes aux prises avec un (ou une) perfectionniste, sachez qu’il (elle) a toujours raison.

 

Il n’y a qu’une voie, celle des choses bien faites et bien évidemment, il n’y a qu’une seule manière de faire, la sienne!

 

Autant dire qu’il (elle)n’est pas facile à vivre. Il (elle) sait faire vivre l’enfer aux autres en n’acceptant pas un autre monde que le sien, celui des choses bien faites.

 

Il (elle) ne supporte pas les erreurs des autres car cela lui rappelle qu’il (elle) est aussi faillible. Et cela n’est pas envisageable!

 

4°) Le perfectionniste est un lâche qui s’ignore

 

 

Bien que très bon…vous prenez rarement des risques, surtout quand vous n’êtes pas certain de réussir.

 

Vous attendez d’être prêt et cela peut prendre…des années. En attendant, vous ne faites rien ou pas grand chose mais vous vous formez!

 

Dans cette longue attente, vous avez le temps de juger ceux qui prennent des risques!

 

 erasing-confusion

“Personne n’est parfait, c’est pour cela qu’il y a des gommes au bout des crayons”

 

 

Vous préférez ne rien tenter plutôt que d’être médiocre. Ne vous y méprenez pas, je parle des autres bien entendu:

 

même si vous vous croyez brouillon et bordélique, vous cachez sans doute en vous un petit perfectionniste qui s’ignore.

 

5°) Le perfectionniste n’est pas vivant

 

 

Si vous êtes perfectionniste, vous ne supportez pas les changements de programme car vous n’êtes pas certain d’être parfait dans le nouveau scénario.

 

Vous n’avez pas eu le temps de vous préparer et vous ne pouvez pas vous reposer sur une avant-première.

 

Toute dérogation à la règle établie est une menace à votre contrôle. C’est la raison pour laquelle vous avez parfois du mal à changer d’avis :

 

cela demande trop de réajustements et d’imprévus qui risquent de vous surprendre et auxquels vous ne saurez pas répondre spontanément.

 

.

 perfectionniste ho'oponopono1

 

 

Votre perfectionnisme se manifeste en général par de l’insatisfaction chronique et de la colère.

 

Ce que vous bridez en fait, c’est le vivant. Vous évitez soigneusement l’ajustement créateur. Vous vous privez aussi de varier vos ressentis.

 

En résumé, vous emprisonnez votre féminin au sens propre ou au sens figuré. Le monde émotionnel vous terrorise car, en un instant tout votre monde pourrait s’écrouler.

 

.

 perfectionniste et hooponopono18

 

 

Quand tout est en ordre, vous vous sentez en sécurité. Le problème c’est que ça ne reste pas en ordre très longtemps !

 

Le jour passe à la nuit, la propreté à la poussière, l’été à l’hiver, les enfants deviennent adultes, les cochons d’inde et les canaris meurent avant vous etc….

 

6°) Le perfectionniste projette ses ombres

 

 

En tant que perfectionniste, vous oscillez entre « dévalo » et survalorisation de vous-même .

 

Vous vous voyez parfois proches de la perfection, très au-dessus de l’humanité, puis dans l’instant suivant un imposteur incapable.

 

Comment se fait-il que vous arriviez à vous sentir ainsi supérieur?

 

En projetant vos ombres sur les autres. Tout le monde projette bien entendu mais le perfectionniste ne sait pas qu’il le fait.

 

Si vous pouviez voir vos ombres, vous trouveriez des blessures tapies dans les coins. Dans ces conditions, il vaut mieux s’occuper des défauts des autres!

 

 

 perfectionniste et ho'oponopono19

 

 

Un perfectionniste ne veut pas se regarder comme un enfant blessé et mal aimé.

 

Pourtant le lien est assez direct : pourquoi vouloir être parfait ? Pour être à l’aise, remarqué et aimé.

 

Pourquoi avez-vous encore besoin d’être remarqué et aimé ? Parce que vous ne l’avez pas été à l’âge où vous en aviez besoin : les toutes premières années de votre vie.

 

Un perfectionniste se construit dans l’enfance.

 

Revenons un peu au passé: vos parents étaient occupés, il y avait vos frères et sœurs, leur travail, leurs soucis d’argent , leurs affaires de couple et leurs conflits non résolus.

 

Vous avez fait une relation de transitivité très infantile : je ne suis ni remarqué ni aimé comme je le voudrais. Il doit y avoir quelque chose qui cloche chez moi.

 

Si je fais les choses comme mes parents veulent (d’ailleurs que veulent-ils?), ils vont me remarquer et m’aimer. J’accepte qu’ils me mettent la pression.

 

Comme mes efforts n’ont pas l’air de porter leurs fruits, (c’est normal, il y a toujours mes frères et sœurs, les affaires de couple, les parents de mes parents , les histoires d’argent et leurs conflits non résolus), c’est que je n’en ai pas fait assez.

 

 Il faut que j’en fasse plus. C’est ainsi que se construit l’échelle de la perfection.

 

Elle s’enracine sur un manque d’amour et une négligence de vos besoins vitaux que sont aussi le regard, la communication, le soin, la douceur, la chaleur, l’écoute…

 

Si je caricature ce qui se passe dans un psychisme d’enfant, c’est un peu comme s’il pensait qu’être parfait, pour être certain de se faire aimer, c’est ne pas embêter ses parents.

 

Dans une tête d’enfant, ne pas embêter sa mère, c’est être SUPER-BEBE: c’est ne pas avoir mal aux dents au milieu de la nuit et ne pas salir ses couches.

 

.

perfectionniste ho'oponopono19 

 

Si je pousse un peu l’absurde, c’est savoir se faire chauffer un biberon la nuit pour ne pas la réveiller, savoir se réconforter tout seul quand les parents sont fatigués.

 

Vous comprenez que, transposé trente ans plus tard, cela reste un exploit inaccessible et que toute tentative de pouvoir le faire est vaine.

 

Je serais heureux si…, je serai heureux quand…

 

 

Vous continuez à projeter sur le monde entier une mère qui ne va pas être contente si vous n’êtes pas un bébé parfait qui fait ses nuits et qui n’embête pas la galerie avec ses incessants besoins.

 

Quelques années plus tard, cela se traduit par; mon boss ne va pas être content si je ne fais pas d’heures sup et que je ne travaille pas le weekend sur ce dossier.

 

Mon mari ne sera pas content si je n’ai pas rangé la maison et que je cherche du travail (ou que je n’en ai pas trouvé).

 

Je ne suis pas content(e) de moi si je n’ai pas …

 

Ma femme ne sera pas contente si je n’invite pas sa famille pendant l’été. Mes enfants ne seront ps contents si je ne leur achète pas des jeans Diesel etc…

 

Comment sortir du cycle enfermant du perfectionnisme?

 

En redevenant vivant ! Et comment fait-on cela? D’abord en prenant conscience de la façon dont vous vous y prenez pour juger ce que vous faites et ce que vous devriez faire.

 

 

  • Mesurez que vous avez du mal à être vivant et spontané et que vous faites passer le travail avant le besoin d’être heureux.

 

  •  Voyez en quoi vous faites passer votre désir d’avoir une belle image avant le désir d’être heureux.

 

 

Voici une recette des accords toltèques: être impeccable plutôt que parfait.

 

Être impeccable cela signifie être au plus vrai, au plus honnête de ce que vous avez fait, pourquoi vous l’avez fait et dans quel état vous l’avez fait.

 

Prenons l’exemple de votre rapport à votre corps. Vous vous trouvez trop gros, trop maigre, trop vieux, trop ridé, disproportionné, sans taille, trop de ventre, sans rondeurs?

 

Être perfectionniste, c’est tenter de façon très assidue de modifier ce qui vous déplait, puis de laisser tomber, puis d’y revenir, puis d’arrêter etc…

 

C’est aussi passer votre temps à juger vos efforts inutiles, votre inadéquation, votre manque de persévérance etc…

 

Être impeccable signifie être présent au moment où vous mangez, au moment où vous décidez de faire du sport ou pas, de prendre soin de votre alimentation ou pas.

 

Vous pouvez ainsi mesurer votre état émotionnel et éviter de manger compulsivement par exemple en traitant votre émotion d’abord.

 

Lorsque vous n’arrivez pas à vous satisfaire d’avoir été honnête et impeccable et que le jugement reprend le dessus, faites ho’oponopono. (voir explications plus bas)

 

Votre problème principal aujourd’hui est le JUGEMENT:

  • envers vous-mêmes,
  • votre corps,
  • les autres et la vie.
  • envers ce que vous faites et
  • ce que les autres ne font pas,
  • ce que les média font et
  • ce que le gouvernement ne fait pas…

 

 

Arrêter la critique avec Ho’oponopono.

 

Puisque vous jugez chez les autres ce qui n’est pas en place chez vous, attrapez vous la main dans le sac en flagrant délit de jugement. Vous venez de tomber sur une de vos difficultés non conscientes.

 

Prenons un exemple : vous trouvez que vous n’avez pas un corps parfait : vous vous infligez des régimes draconiens puis un laxisme chaotique.

.

 Capture d’écran 2013-08-08 à 06.39.32

 

 

Vous surveillez votre corps, celui des autres, vous le jugez ( en positif ou en négatif), le condamnez, le maltraitez.

 

Lorsque vous croisez quelqu’un dans le rue, vous jugez s’il est trop gros, trop laid ou trop maigre.

 

Pourquoi ne pas en profiter pour nettoyer votre désir de perfection du corps avec ces 4 petites phrases:

 

  • Je suis désolé
  • S’il te plaît pardonne-moi
  • Je te remercie
  • Je t’aime

 

Avec la situation en question, voilà ce que ça pourrait donner:

 

  • Je suis désolée d’avoir cette difficulté que je juge chez l’autre. Je ne suis certainement pas au clair avec l’image de mon corps.

 

  • S’il te plait pardonne-moi d’avoir ignoré ce que je porte dans mon inconscient. C’est peut être le rappel de quelqu’un de ma famille, ma difficulté avec la nourriture, une blessure au corps.

 

A la mémoire qui s’est manifestée et a réactivé mon jugement : je te remercie de me montrer à quel point je ne suis pas au clair avec ce que je juge chez l’autre.

 

  • Je te remercie aussi de me donner une occasion de nettoyer mon rapport au corps et à la nourriture sachant que cela a peut-être commencé dans les premiers mois de ma vie.

 

En vous adressant à la mémoire qui vous fait rencontrer une problématique de même nature chez l’autre.

 

  • Je t’aime.

 

Si vous pratiquez assez longtemps cette méthode, vous ne finirez pas parfait mais vous atteindrez l’état zéro :

 

celui où vous ne vous posez plus de questions et où vous ne cherchez plus de réponses. Vous êtes. Vous êtes en lien avec vous-mêmes, les autres, l’univers et le tout.

 

Je ne résiste pas à vous parler d’un mendiant dans la rue de Chaweng à Koh Samui (Thaïlande).

 

ll a en tout et pour tout un tronc, deux bras, quelques morceaux de jambes et doit mesurer à peu près 50 centimètres de hauteur.

 

.

 perfectionniste ho'oponopono20

 

Impossible de le rater tellement son accueil est généreux. Il capte le regard des passants (il est aussi muet) pour mendier et rayonne la joie de vivre au point qu’on se sent mieux après lui avoir parlé.

 

Comment est-ce possible ? Il est au meilleur de lui-même dans son corps imparfait. L’état zéro, je suis sure qu’il connait. Quelle leçon !

 

Vous aussi, vous pouvez être aimant et ouvert. Même à votre corps imparfait !

 

La semaine prochaine, je continue avec le petit jumeau du perfectionniste : l’hyper responsable. Je sais, ce n’est pas vous mais attendez de me lire !

 

Avez-vous vous aussi un petit côté perfectionniste? Vous êtes-vous reconnu quelque part? Racontez!

 

 

Share This Post

89 pings

    Les commentaires sont désactivés.