«

»

Août 19

N’emmenez pas votre mental en vacances et développez la maitrise de soi 

La maîtrise de soi avec un mental gros comme ça, pas si simple !


Je suis d’accord pour développer la maitrise de soi et j’aimerais bien donner des vacances à mon mental mais il ne veut jamais les prendre !


Je ne sais pas comment fonctionne le votre mais le mien est plus exigeant qu’un enfant de 3 ans. J’ai essayé toutes les ruses mais il ne me lâche pas d’une semelle.


Cet article participe à la croisée des blogs du site developpement personnel.org, organisé par le blog de Quentin Cottereau “Les outils du mentaliste


J’ai beau dire à mon mental que ses élucubrations ne m’intéressent pas, il continue à bourdonner autour et à l’intérieur de moi. Au point que j’ai longtemps pensé qu’il était moi. Il avait tellement d’avis pertinents sur tout !


J’ai aussi cherché à le calmer. J’ai pensé qu’il suffirait d’arrêter de penser pour être tranquille mais c’est à peu près aussi difficile que d’arrêter de respirer.


J’ai donc investigué d’autres pistes et il semblerait que je ne sois pas la seule à jongler avec les ruses de mon mental.


Le mental, qu’est ce que c’est ?


Par définition, le mental a un rapport avec les fonctions intellectuelles. Mais il régit de façon plus vaste l’ensemble des activités de l’esprit comprenant les pensées et les émotions.


Bien que silencieux dehors, mon mental a une activité quotidienne très bruyante : il pense, le jour et parfois la nuit aussi.


Attention, mon mental m’est très utile. Grâce à lui, je me souviens tous les jours de comment conduire sans avoir à réapprendre. Je peux comprendre, raisonner, classer, répertorier, prévoir, faire des analogies et tirer des conclusions.



Mon mental aux antipodes de la maîtrise de soi


Mon mental me stresse, il me parle sans interruption. Il bavarde toute la journée, pas juste des monologues.


Il m’invite aussi à répondre, à dialoguer avec lui…c’est sur qu’il n’y a pas une seconde d’ennui. Une idée s’associe à une autre, un mot à un autre, une phrase s’accroche à l’autre en un tout cohérent.


Le souvenir de quelqu’un me renvoie au souvenir d’un autre, un début appelle une suite, mon mental saute de flaque en flaque à la vitesse de la pensée et moi je le suis, fascinée et intéressée.


Parfois mon mental commente: « qu’est ce que ce lac est beau ! ». Avant même que j’aie pris le temps de le contempler, il m’a déjà dressé toutes ses qualités.


Il me dit ce qu’il en pense, si ça lui plaît et en quoi ce lac ressemble étrangement à celui que j’ai vu l’année dernière lors d’un voyage en Asie.

 

Ce que je pense de ce lac est un écran qu’il met entre le lac et moi. Il empêche la nature de venir à moi dans son altérité originale : il sait déjà que c’est un lac avant que je l’aie vraiment ressenti.


Les 12 facéties de mon mental et l’anti maîtrise de soi

1. Mon mental préfère penser plutôt que cultiver la maîtrise de soi


En fait, il me fait penser à autre chose que ce qui se passe ici et maintenant. Il prend littéralement la place de la réalité.


Au lieu de rentrer dans la satisfaction de l’instant, il désire des choses extérieures ou dans un autre espace-temps. Cela m’évite de mesurer ce que je vis et de prendre des dispositions pour une vie meilleure dès à présent.


Il s’évade il ne veut pas savoir ce qui ce qui est en train de se passer tout de suite. Il pense à demain. Il s’inquiète de comment il va vivre avec ce qui est ou sans ce qu’il n’a pas, au lieu d’attendre et de l’expérimenter.


Il repense à hier : si c’était formidable, il craint que ça ne se reproduise plus et qu’il n’ait plus jamais de satisfaction.


Lorsque je le surprends en flagrant délit d’évasion, je me demande ce que je sens vraiment maintenant dans la situation que je suis en train de vivre.


2.Mon mental aime se faire les dents sur des problèmes


Cela l’occupe et le calme. S’il n’y en a pas il en crée. Il crée des problèmes faciles à résoudre pour m’éviter de m’attaquer à des sujets brûlants.


Parfois il crée aussi des problèmes insolubles pour m’empêcher de sentir des émotions trop dévastatrices. Je l’aime bien finalement, il me protège: de mes difficultés mais aussi des joies de l’instant !


Il s’amuse à jouer avec les chiffres, les lettres et les cartes. Quand il joue il me fout la paix car il ne pense plus.


Mais est ce bien cela que je veux faire en ce moment, n’ai-je pas plutôt à mettre en place des projets importants pour ma vie ?

 

3.L’appât du gain et la maîtrise de soi

 

Mon mental aime et veut gagner, quel que soit le gain. En Asie, il s’amuse à faire baisser les prix. Il n’hésite pas à y passer une heure pour gagner dix centimes.


Si je ne suis pas vigilante, il pourrait me faire croire que les chiffres sont plus importants que la relation qui est en train de s’installer avec le vendeur.

 

4.La plainte et la maîtrise de soi


Mon mental aime bien croire que c’est un peu la faute à pas de chance si les choses ne fonctionnent pas. Il se plaint.


Il a une idée « mentale » de comment les choses devraient se passer. Normal, il l’a prévu en pensée. Quand ce n’est pas le cas, il se plaint de ce qui n’est pas. Il ne cherche pas à sentir ce qui est. Ce qui est sert juste de comparatif à ce qui devrait être.


Quand ça lui plaît il dit qu’il aime, quand ça ne lui plaît pas, il dit qu’il n’aime pas. Dans ce cas il résiste pour ne pas rentrer dans l’instant de ce qu’il n’aime pas.


Chaque chose est comme elle est. Pourtant mon mental me dit que ça c’est agréable ou ça c’est pénible.


Mon mental résiste dans les embouteillages, il ne veut pas de ça. Le mal être l’envahit. Pourtant, Il pense échapper à la sensation en râlant comme si ça allait faire évoluer favorablement la situation.


5.Les injustices et la maîtrise de soi


Mon mental ne supporte pas les injustices. Même si cela est, il dit que ça ne devrait pas. Il se projette immédiatement dans l’opprimé.


Mon mental agit en fonction de mon passé pas en fonction de la situation présente. Il réagit à un stimulus inconscient.


Si je lui dis que je devrais d’abord sentir ce qui se passe en moi comme étant à moi avant de régler les problèmes dehors, il me répond qu’on ne peut pas laisser faire ça quand même.


6.Le mensonge et la maîtrise de soi

 

Mon mental ne se formalise pas quand il veut mentir. D’abord il dit que ce ne sont pas de bien gros mensonges. Ensuite, il dit que si ça peut arranger les choses, ça ne peut pas faire de mal.


Ainsi, il est prompt à dire que tout va bien et que ce n’est pas grave s’il est contrarié.


Il est capable de remercier pour un truc qui ne lui plaît pas. Souvent même, il ne dit pas ce qui lui plairait pour ne pas embêter les autres.


Il dit qu’il peut se débrouiller tout seul et que, non ça ira, il n’a pas besoin d’aide. Si je n’impose pas la vérité, il croit qu’il a fait une bonne action en ne dérangeant pas.

 

7.Le patriotisme et la maîtrise de soi


Mon mental a des idées sur tout. Il y croit dur comme fer. Il est obstiné. Il est capable de défendre un point de vue toute une soirée (mais surtout à l’heure de l’apéro).


Il aime bien que les autres approuvent et soient d’accord avec lui.


Parfois je m’amuse avec lui lorsqu’il a perdu un peu de vigilance. Je défends le point de vue contraire avec autant d’arguments que lui. Là, je me sens en vacances.

 

8.Le jugement et la maîtrise de soi


Il arrive à mon mental de critiquer les autres, il dit que c’est constructif. Il repère les aspects confus des autres et leurs contradictions.


Si je le laisse faire, il est content de lui car il est certain d’avoir raison et d’être plein de discernement.


Parfois je fais l’avocat du diable et je lui dis qu’il n’est pas clair lui-même sur ces mêmes sujets qu’il critique sinon il n’aurait pas besoin de faire des remarques. Ça ne lui plaît pas du tout !


9.Mon mental me juge moi !


C’est souvent pour se venger du point précédent !


Il me dit que je suis nulle, inadéquate, à côté de la plaque, pas assez ci, bien trop cela et que, de toutes façons, je n’y arriverai jamais.


Cette voix me place dans des états émotionnels que je ne contrôle pas. Plus je crois à ses pensées, à ses goûts, à ses jugements et à ses interprétations, plus la charge émotionnelle est grande.


Je n’ai alors plus de recours car je ne sais pas penser différemment pour le contrer. Si je n’avais pas d’outils thérapeutiques et de travail personnel, il aurait tout pouvoir sur moi !


10. Désir et maîtrise de soi


Lorsque mon mental veut quelque chose c’est tout de suite, il ne supporte aucune attente. Il accumule et il collectionne.


Il capte dans son environnement tout ce qui l’intéresse et le veut pour lui. Ce ne sont pas que des objets, parfois c’est l’attention de quelqu’un qu’il veut à tous prix.


Il adore thésauriser les savoirs. Il voudrait tout connaître, tout expérimenter. Il achète des livres, des formations etc. et si je n’étais pas là pour le temporiser, il en aurait rempli la maison. Je lui rappelle souvent que ce qui m’intéresse moi, c’est plutôt l’amour, la paix, la créativité et la joie!


11.Doute et maîtrise de soi.

 

Mon mental hésite. Entre deux voies, il a toujours l’impression qu’en choisir une va le faire passer à côté de l’essentiel.


Il devient alors confus, ne sait plus quel chemin emprunter, se met à jauger les avantages et inconvénients de chaque option sans pouvoir se prononcer.


Il oublie ce qu’il veut vraiment au profit de bonnes raisons toutes meilleures les unes que les autres. Il me faut alors un effort colossal pour me souvenir de ce que je veux VRAIMENT !


12.Mon mental est monsieur Plus


Il veut être le meilleur, avoir plus de connaissances, être plus que parfait. Il se compare et s’appuie sur ce qu’il voit des autres pour en tirer des conclusions sur lui-même.


Mon mental a besoin de temps pour se parfaire, ce qu’il est aujourd’hui ne lui suffit pas.


Il s’imagine être quelqu’un d’autre qui sait faire ci ou qui pourrait faire ça. Il crée un stress entre ce qu’il croit qu’il devrait être et ce qu’il est vraiment.


Souvent je cherche à le suivre et je m’épuise. Je suis obligée de pratiquer toutes sortes d’exercices de recentrage pour apprécier qui je suis aujourd’hui.


Que faire pour trouver la paix et la maîtrise de soi ?


Aussi longtemps que je suis mon mental, je vais suivre aussi ses envies, ses besoins, ses manques, ses attachements et ses aversions.


Je suis identifiée à mon mental donc ma pensée est compulsive. Je n’ai pas juste des pensées, j’y crois et j’agis en fonction d’elles et de mes croyances. Ce ne sont pas juste des nuages qui passent. Ces pensées créent des émotions qui me mettent en action, qui, elle-mêmes génèrent des résultats.

 

Heureusement, les grandes traditions se sont intéressées à la maîtrise de soi et au calme mental pour parvenir à la libération.

Le bouddhisme


Le bouddhisme est une voie spirituelle qui permet d’atteindre la libération et éliminer la souffrance pour tous les êtres..


Votre personnalité ne fait que rencontrer ce que votre mental projette dans le monde, que ce soit conscient ou non. Votre projection vous paraît juste car elle correspond à vos conditionnements. Vous ne vivez en conséquence que dans l’univers de votre mental. En d’autres termes, dans une illusion.


Dans le bouddhisme, La connaissance du mental et de son fonctionnement est extrêmement pointue. La méditation est une voie d’accès royale pour atteindre le calme mental et pourquoi pas l’Éveil ou la sortie de l’illusion.


Cet été, j’ai rencontré le 17 ème Karmapa et il a suffi d’un regard pour que mon mental s’apaise et que l’agitation soit remplacée par de la joie. La présence des Êtres éveillés nous ouvre l’accès à d’autres dimensions de notre être.


Celui-ci, malgré son érudition et sa réalisation est un grand blagueur.



Les Ecrits védiques

 


“L’individu (l’âme) occupe en passager le corps matériel, semblable à un char; l’intelligence, c’est le cocher, le mental, ce sont les rênes, et les sens, ce sont les chevaux. Dans une telle posture, l’âme jouit ou souffre de son contact avec le mental et les sens”


Certes, le mental devrait recevoir ses ordres de l’intelligence, mais les rôles sont souvent inversés.


Swami Prajnanpad


Selon lui, Le mental agit comme un filtre qui empêche de voir le monde tel qu’il est. Il est animé par des mémoires inconscientes et des croyances sur la vie.


“L’ego est le sentiment de séparation vis-à-vis du reste du monde, la sensation d’être un individu particulier et non un autre, l’identification à un corps, à un nom. L’égo est donc, dans cette perspective, une illusion qui nous sépare de la réalité du monde.”


Eckart Tolle


Le mental ne fait pas seulement référence à la pensée. Il comprend également vos émotions ainsi que tous les schèmes réactifs inconscients mettant en rapport pensées et émotions.


Dans cet état-là, même votre désir de vous libérer ou d’atteindre l’éveil n’est encore qu’une autre envie axée sur une satisfaction et un accomplissement futurs.


Le silence


Mon mental n’aime pas le silence alors je le lui impose.


Pour savoir si je me sens bien avec quelqu’un je me tais. Je ne cherche pas à savoir si la personne raconte un truc vraiment intéressant, je cherche à savoir comment je me sens quand elle parle et j’ai souvent des surprises.


Je m’installe chaque jour en méditation et je m’aperçois dans un premier temps que toutes mes pensées se sont données rendez-vous à cet instant précis.


Les pensées me traversent mais je sais qu’elles ne sont pas à moi. Je les regarde passer, je vois de quoi elles parlent mais je ne dialogue pas avec elles.


Je leur rappelle que je ne suis pas intéressée et que je préfère méditer. Chaque fois que je prends conscience d’une pensée, je l’étiquette en inscrivant : ceci n’est qu’une pensée.


Je porte mon attention sur ma respiration. Cela crée une discontinuité dans le flot de pensées. Entre deux pensées il y a un espace de silence dans lequel je peux m’immiscer.


Et là, les vacances commencent !

 

ET, vous, vous arrive t-il d’être embarqué par votre mental? Avez-vous une technique à proposer à nos lecteurs agités?

Faites un commentaire!


Share This Post

53 pings

    Les commentaires sont désactivés.