«

»

Nov 16

Faites-vous cette erreur de croire que la confiance en soi va vous rendre heureux ?

confiance en soi 21Comment se construit la confiance en soi?

 

Nous avons déjà vu dans un précédent article que ce qui construit l’estime et la confiance en soi (cliquez sur le lien bleu), c’est le fait d’avoir été aimé et accepté inconditionnellement pendant l’enfance.

 

J’ai donc une mauvaise nouvelle pour vous, si ce n’est pas le cas, vous ne retrouverez pas la confiance en soi puisque vous ne l’avez jamais eue !

 

  • Vous êtes-vous senti aimé lorsque vous rameniez des mauvaises notes ou lorsque vous avez été surpris en train de faire ce que vos parents considéraient comme une grosse bêtise ?

 

  • Est ce que vos parents étaient aussi durs avec eux-mêmes et soucieux de l’image qu’ils renvoyaient aux autres (en incluant votre éducation et leur rôle de parent) ?

 

  • Est ce que vos performances scolaires, sportives, votre humeur et votre apparence physique étaient comparées avec celles de vos frères et sœurs, cousins, voisins, amis, parents, ancêtres ?

 

  • Aviez-vous une famille trop occupée pour s’intéresser à vous en particulier et valider tous vos efforts et vos réussites ?

 

Alors, ne comptez pas rayonner la confiance en soi et l’estime, en ayant la conscience de vos qualités et de vos dons personnels.

 

Dans cet article, je vous proposerai quelques solutions pour développer cette fameuse confiance en soi mais pas en faisant de la « gonflette valorisante ».

 confiance en soi 25

.

Je vous parlerai aussi de la façon dont nous avons traité ce sujet pendant notre voyage  initiatique  au Népal.

 

Cet article participe à la Croisée des Blogs organisée par Enzo du blog Ex-timide sur ce sujet très précisément.

 

Le juge en vous, ennemi de la confiance en soi

 

La première des conséquences de votre climat familial et de votre éducation, c’est que vous n’avez pas développé cette confiance en soi et cette estime de vous-mêmes.

 

Même si vous ne le savez pas, l’amour que vous vous portez reste conditionnel.

 

Vous êtes à l’aise avec les parties de vous qui sont performantes et sans pitié pour les petits « moi » qui ne filent pas droit et que vous êtes tentés d’appeler des saboteurs.

 

Vous avez sans doute développé un juge à l’intérieur qui souligne tous vos défauts, vous ordonne la bonne conduite, vous exhorte à la perfection de « il faut et tu dois » et qui fait des commentaires chaque fois que vous n’êtes pas au top.

 

Il vous menace de finir tout seul et rejeté du monde si vous n’êtes pas capable de satisfaire ses exigences.

 

Vous avez en fait, développé un gardien de prison encore plus exigent que ne l’étaient vos parents !

 5.0.2

.

Cette pression pour la performance que vous vous mettez et ce désir d’être toujours au mieux sont une défense perpétuelle que vous mettez entre vous et la vie.

 

Cela grignote littéralement toute votre énergie et vous transforme en boule de frustration et d’insatisfaction envers vous-même et la vie en général.

 

Pour sortir de cet enfer intérieur, vous décidez tout naturellement de travailler sur la confiance en soi et l’auto-estime.

 

Vous espérez ainsi que cela va faire disparaitre magiquement des années de rumination et d’auto-hypnose de pensées dévalorisantes et désespérantes sur vous-mêmes, les autres et les évènements de la vie.

 confiance en soi 23

.

Le piège de ce que vous projetez sur la confiance en soi.

 

Voilà le grand piège, croire que la confiance en soi va vous éviter définitivement de vous sentir en difficulté, triste, énervé, rejeté, désespéré, seul et abandonné.

 

Vous rêvez pour vous-mêmes d’un avant (sans la confiance) et d’un après, avec la confiance en soi.

 

Or la confiance en soi n’est pas une qualité installée pour toujours qui vous immunise contre les pensées négatives et les épreuves.

 

Avoir confiance en soi lorsque les circonstances sont favorables est à la portée de tous mais garder la confiance dans l’adversité, là est le vrai nœud de la question.

 

Comment réussir ce tour de passe-passe quand il faudrait pouvoir contrôler alors que justement vous n’y arrivez pas !

 

Dès que vous échouez, vous perdez la confiance en soi et l’estime. Votre problème est donc de vouloir les garder lorsque vous les perdez.

 

Comme c’est la résistance à ce qui est qui fait souffrir, plus vous voulez garder la confiance et l’estime lorsque vous les avez perdues et plus vous souffrez.

 

Autrement dit, travailler à développer ou restaurer la confiance en soi lorsque vous êtes vraiment en difficulté est un non-sens.

 

Nous y reviendrons tout à l’heure, en attendant voici quelques conseils pour développer la confiance en soi lorsque vous êtes en état de le faire !

 

5 conseils pour développer la confiance en soi

 

confiance en soi 28.

 

 1) Développez la gratitude pour trouver la confiance en soi

 

Si vous vous concentrez trop sur ce que vous voulez obtenir (en développant plus de confiance en soi par exemple), vous quittez l’instant présent, seul instant où vous pourriez trouver la paix pour attirer ce qui va vous amener encore plus de paix.

 

Vous vous focalisez sur un avenir en niant totalement les émotions que vous ressentez au présent.

 

Celles-ci découlent de croyances (et d’expériences difficiles) ancrées dans votre petite enfance et qui continuent à créer à votre insu des situations difficiles génératrices de stress et de frustration.

 

Sans le savoir, vous entretenez le sentiment de ne pas “avoir” assez puisqu’il vous faut à tous prix l’obtenir (peu importe de quoi) ou de ne pas “être” assez.

 

Pour revenir au présent, regardez ce que vous avez et développez une forme de gratitude pour le chemin parcouru.

 

Sentez un élan de gratitude pour votre vie même si elle ne correspond pas encore à vos standards. Les standards de qui d’ailleurs ?

 

Si au présent, vous êtes triste et frustré, commencez à accueillir cette partie peu aimée de vous au lieu de la refouler pour la remplacer par une émotion positive.

 

2) Développez un sentiment de contribution pour trouver la confiance en soi

 

Devenez bon dans une discipline de votre choix. Choisissez ce qui est le plus facile, le plus plaisant ou le plus réconfortant.

 

Exactement le contraire de ce qu’on vous a enseigné à l’école… pour réussir, il faut faire du latin et du grec…bref en baver pour distancer les fainéants et les limités…

 

Le plaisir que vous allez dégager va illuminer votre vie et celle des autres.

 confiance en soi 26

.

Vous allez découvrir ce qu’est votre contribution au monde : ce n’est pas faire pour les autres mais exceller dans quelque chose qui vous plait et qui peut être aussi utile aux autres.

 

Pris dans votre élan, vous risquez d’oublier tous vos vilains défauts, selon l’opinion de votre mental !

 

En résumé, concentrez-vous sur ce qui va bien chez vous sans négliger ou refouler vos ressentis de l’instant.

 

3) Arrêtez de vous comparer pour trouver la confiance en soi

 

Apprenez à vous focaliser sur ce qui vous fait du bien plutôt que d’atteindre les objectifs de votre famille, de vos parents, de votre compagne(on) ou de la société.

 

Dans la comparaison, vous perdez votre énergie et votre joie de vivre plutôt que de profiter de ce qui est là pour vous.

 

Le problème n’est pas que le société valorise les femmes maigres et les hommes musclés et mal rasés mais que vous vouliez vous y conformer.

 

La course à l’image et à la réussite (visible sur le compte en banque) vous rendent insatisfaits de vos performances et frustrés de ne pas y arriver.

 

C’est ce point précis que nous avons travaillé pendant notre voyage au Népal.

 

Dépasser 5000m reste une performance sportive qui titille la confiance en ses capacités physiques et psychiques avec l’urgence de suivre le rythme sans être distancé par les autres.

 confiance en soi1

.

4) Apprenez à accepter les compliments

 

Vous ne les acceptez pas, vous n’y croyez pas ? Ils vous mettent mal à l’aise ?

 

Regardez comment vous acceptez les compliments: est-ce que systématiquement vous diminuez l’impact de ce que vous avez fait en signalant que vous n’y êtes pour rien, que vous avez juste bénéficié de circonstances favorables ?

 

Parce que si c’est le cas, gardez la formule pour vous lorsque quelqu’un cherchera à vous juger ou à vous critiquer…

 

“Je n’y suis pour rien, j’ai juste bénéficié de circonstances défavorables, au mauvais endroit au mauvais moment.”

 

Même si d’ordinaire, vous êtes plus performant, c’est le moment d’accepter que, pour cette fois, vous avez fait avec l’énergie du moment et que rien ne vous a permis de faire mieux.

 

Cette attitude n’est pas de la faiblesse ou de la dérobade, c’est juste l’acceptation de ce qui est pour cette fois-ci, cela ne dit rien de vos capacités futures, sauf si vous ruminez toute la journée sur ce que vous auriez du faire et comment vous auriez pu faire mieux.

 

C’est la rumination des pensées en boucle qui risque de vous faire échouer la fois prochaine, pas vos capacités défaillantes ou votre soit-disant nullité.

 

5) Testez l’inconnu pour trouver la confiance en soi

 

Bien que votre manque de confiance en soi vous fasse croire qu’il vous faut tout contrôler et maîtriser, vous serez surpris de voir que vous pouvez apprécier l’inconnu.

 

C’est le décalage entre ce qui est et ce que vous voudriez qui vous fait souffrir.

 

Dans les situations inconnues, vous n’avez pas de mètre-étalon pour savoir comment vous devriez être ou faire.

 

C’est l’aventure sans repère. Vous êtes obligé de vivre au présent sans pouvoir anticiper.

 confiance en soi 29

.

Ce faisant, vous retrouvez votre spontanéité et n’avez pas le temps ni les moyens de vous interroger sur vous-mêmes, vous êtes dans l’action.

 

Vous redécouvrez le plaisir de vivre sans rien pouvoir contrôler. C’est la vie elle-même qui vous guide et les surprises sont souvent au rendez-vous !

 

Développer la confiance en soi, pourquoi faire?

 

Mais au fond, pourquoi voulez-vous développer la confiance en soi? Pourquoi voulez-vous avoir plus confiance en vous ? Pour atteindre vos objectifs ?

 

Pourquoi voulez-vous atteindre vos objectifs ? Pour être plus heureux ? Pourquoi ne pas commencer maintenant à être plus heureux au lieu de passer par la réalisation de vos objectifs ?

 

Depuis quand est-ce que « être heureux dépend d’une circonstance extérieure ? » Être heureux est un état d’être pas une action à accomplir.

 

Puisque c’est votre but, être heureux, vous pouvez décider de n’être heureux que lorsque vous aurez accompli avec succès une action ou décider tout de suite de vous sentir heureux.

 

Qu’est ce qui vous a fait croire que le bonheur dépendait de votre réussite ou de vos échecs ? A quand remonte cet amalgame entre réussir et être heureux ?

 

Être heureux ce n’est pas faire ce qu’on veut mais aimer la façon dont on fait ce qu’on fait.

 

Vous saisissez la nuance, vous sortez du cadre de la performance et vous rentrez dans celui de l’amour.

 

Vous n’êtes peut-être pas en train de faire le job de vos rêves mais vous pouvez tout de même travailler sur ces deux points :

 

  • En quoi la vie me montre quelque chose de moi au travers de ce job que je n’aime pas ?
  • Développez en parallèle une activité que vous aimez et qui peut à long terme venir remplacer celle que vous faites maintenant.

 

Il est possible aussi que vous vouliez avoir plus de confiance en vous pour avoir une relation qui vous satisfasse ?

 

Qu’est ce que ça veut dire une relation qui vous satisfait? Dans laquelle vous êtes heureux ? Que veut dire être heureux dans une relation ?

 

Que l’autre vous aime ou que vous soyez vous-même ouvert à l’amour en sentant votre cœur rayonner?

 

Si vous voulez qu’on vous aime, vous n’êtes pas prêt du but ! Votre bonheur ne peut pas dépendre du fait qu’une personne vous aime ou ne vous aime pas.

 

C’est de vous et de votre façon d’aimer dont il est question. La capacité à s’ouvrir à l’autre peut développer la confiance en soi et ses capacités aimantes.

 

Si vous laissez rayonner votre cœur, vous serez nourri par son rayonnement au passage.

 confiance en soi 32

.

Au lieu de vous accrocher à l’idée de développer la confiance en soi, posez-vous la question qui tue : « qu’est ce qui m’empêche d’être heureux maintenant ? ».

 

Vous allez trouver toutes sortes de réponses  en écoutant ce que vous vous racontez et avec lequel vous vous hypnotisez.

 

Que faire lorsque vous avez perdu la confiance en soi et l’estime de vous-même?

 

N’oubliez pas que le mental a l’habitude de remâcher des problèmes non résolus du passé.

 

Ce faisant, il rumine les émotions du passé qui n’ont pas encore été nettoyées et cherche à trouver des raisons au présent pour justifier le fait d’être resté figé sur le passé.

 

De par la loi d’attraction où tout ce qui est de même nature s’attire, vos schémas inconscients non identifiés continuent à créer des situations vous apportant le même type de ressenti.

 

Ces schémas inconscients sont ce qu’on appelle des mémoires dans la méthode Ho’oponopono.

 

Ce sont des parties de vous qui recréent à l’infini leurs difficultés passées comme des enfants qui n’arrivent pas à se concentrer pour bien travailler à l’école.

 

Si vous venez de faire quelque chose qui ne vous paraît pas correct et aligné, ce qui a pour effet de miner la confiance et l’estime de vous, vous allez être déçu, triste ou en colère.

 Capture d’écran 2014-11-16 à 17.23.55

.

La première chose à faire est d’accepter d’être traversé par ce sentiment sans se battre avec, même si le mental a peur de resté coincé dedans.

 

L’observateur qui voit la tristesse peut l’accueillir sans être triste pour autant. Il y a une différence entre être triste et se regarder avoir des pensées tristes.

 

Vous pouvez accueillir un enfant qui pleure sans pleurer vous-même n’est-ce pas ? Nul besoin de confiance en soi pour cela!

 

Vous ne pouvez pas revenir en arrière mais vous pouvez laisser le juge de côté et rentrer en relation avec cet enfant en vous qui pleure et qui est déçu.

 

Ce parent intérieur (que vous êtes) qui voit le ratage et la difficulté n’est pas lui-même en difficulté.

 

Ce n’est pas le moment de chercher la confiance en soi ou l’estime, c’est le moment d’aimer la partie de soi en difficulté.

 

Il n’est pas question de confiance en soi ou de perte d’estime, c’est votre responsabilité de continuer à estimer (et aimer surtout) cet enfant touché à l’intérieur de vous.

 

En devenant un bon compagnon pour vous-même et un parent bienveillant, vous ramenez la douceur et l’amour, peut-être même le soulagement et le bien-être.

 

Performance et confiance en soi au Népal

condiance en soi 3 

.

C’est exactement ce que nous avons fait au Népal. Dès Manang, (3500m) certaines personnes ont commencé à manifester des troubles mineurs de l’altitude, mal de tête, perte d’appétit, fatigue.

 confiance en soi 16

.

Nous avons donc décidé de privilégier les besoins du corps (repos, chaleur, hydratation, bonne nourriture) plutôt que d’anticiper le passage du col.

 

Chaque jour, nous faisions un recentrage, ce qui a permis à certains d’envisager passer le col à dos de cheval plutôt qu’à pied.

 

Notre objectif a tranquillement dérivé de grimper au col, à trouver des joies simples dans la journée.

confiance en soi 15

Malgré les circonstances pas toujours faciles, (altitude, froid et mauvais sommeil), nous avons cherché des petits ilots de bien-être pendant les heures chaudes de la journée.

 

Nous nous sommes vite aperçus que ce n’est pas ce qu’on vit qui compte mais comment on le vit. La confiance en soi et ses capacités n’est d’aucun secours.

 confiance en soi4

.

En lâchant la pression de la performance physique, nous avons retrouvé de la douceur et du plaisir, malgré l’effort de la marche.

 

Et puis le verdict est tombé lorsque nous étions à Leddar (4200m): neige au col et pas de possibilité de louer des chevaux.

 confiance en soi6

.

Après concertation du groupe, nous avons décidé de ne pas dépasser 5000m et donc de profiter des Annapurnas sans l’épreuve finale et donc de ne pas passer le col à 5416m.

 

Instantanément le bien-être est revenu. Nous sommes redevenus disponibles à l’instant présent plutôt que d’anticiper l’épreuve à venir.

 confiance en soi 18

.

Nous avons laissé partir au petit matin tous les trekkeurs (dont certains à vélo!) en plus de leurs bagages…nous avons fait une photo des yaks et nous avons pris, le sourire aux lèvres, le chemin de la descente sans avoir atteint notre objectif initial.

 confiance en soi9

.

Notre présence au souffle et aux mouvement de la respiration était totale.

 Confiance en soi 13

.

Dans cette disponibilité totale au corps et au paysage, pas une pensée à ruminer, juste être là dans le plaisir de la marche avec en prime les Annapurnas resplendissantes sur notre droite cette fois-ci.

 

La gratitude d’être face à ces montagnes si majestueuses était au rendez-vous.

 confiance en soi5

.

Plus nous descendions, plus le corps reprenait ses aises. Nous avions tout notre temps pour prendre des photos, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on est tendu vers un objectif.

 confiance en soi 8

.

Nous avons du donner quelques explications aux trekkeurs peu habitués à voir des gens redescendre de ce côté : oui, nous avons fait le choix du plaisir de vivre les Annapurnas sans pression.

 confiance en soi 7

.

Les 4X4 nous attendaient comme prévus vers 3000m. De retour à Kathmandu nous sommes allés rendre visite à Sanjay Sai Baba dans son nouvel ashram et visité l’école que nous sponsorisons.

 

confiance en soi 14

.

Le plus étonnant, c’était son message récurrent à toutes les questions que nous lui avons posées : « vivez la satisfaction dans ce que vous faites plutôt que d’essayer d’atteindre vos objectifs ».

 

Nous n’avons pas passé le col à 5416m cette fois-ci, objectif non atteint mais satisfaction garantie !

 

Et vous, que vous inspire le plaisir plutôt que la confiance en soi dans la capacité à atteindre des objectifs ? Laissez un commentaire!

 

D’autres articles sur ce thème:

Vous n’allez pas aimer ce que j’ai à vous dire à propos de la confiance en soi!

Dépassement de soi dans le Tour des Annapurnas

Voyage dans les Annapurnas, du rêve à la réalité

Comment j’ai passé le col avec la technique Tipi

Comment etre heureux quand on souffre ?

Share This Post

47 pings

    Les commentaires sont désactivés.