«

»

Déc 15

Puis-je regler un probleme physique avec la méthode Ho’oponopono ?

méthode Ho'oponopono1La méthode Ho’oponopono à l’ordre du jour

.

La méthode Ho’oponopono, c’était le thème de la conférence que j’ai donnée à Annecy vendredi dernier devant une salle nombreuse face à laquelle je me suis régalée.

J’ai adoré transmettre oralement plutôt que par écrit et je me suis aperçue que les connexions se font plus naturellement lorsque je ne m’occupe pas de mon texte.

 

Nous avons été mis dans le bain tout de suite car toutes les places étaient réservées et lorsque des personnes du blog se sont présentées à la porte, il n’y avait pas moyen de les faire rentrer.

 

Je suis allée les voir à la caisse et je leur donné les petites phrases (dont je parlerai plus tard dans l’article) de Ho’oponopono en leur disant :« Faites Ho’oponopono sur la mémoire du rejet ou le fait de ne pas être attendu et si vous obtenez une place alors que ce n’est pas possible, alors vous viendrez témoigner de la puissance de la méthode Ho’oponopono. »

 ho'oponopono

.

Ainsi fut fait et les 5 personnes en attente ont pu assister à la conférence ! Cet article participe à l’évènement « Le calendrier de l’Avent : sur le Chemin du Bien-être« , organisé par Katibel du blog Forme et bien-être.

 

Aujourd’hui est un grand jour car le 15 décembre 2014 est le jour du 6 ème carré uranus/Pluton. Même si cela vous paraît du chinois, je vais vous expliquer en deux mots ce que cela peut signifier pour vous.

 

Depuis 2012, nous subissons un angle (90°) particulièrement stressant entre ces deux planètes mais ce « carré » est aussi facteur de grandes transformations. Uranus étant le grand ciseau cosmique, et Pluton le symbole de la transformation en profondeur des mémoires transgénérationnelles, il était inévitable que ces 2 dernières années soient associées à un état de crise.

.

Une crise n’est pas forcément une épreuve, c’est parfois une goutte d’eau qui fait déborder le vase, la libération d’une situation intenable ou l’obligation de remettre en question certains domaines de votre vie.

 

Prendre des décisions, s’engager dans une transformation profonde, modifier votre façon de vivre les relations, l’argent, le travail, c’est ce qui vous a été proposé ces deux dernières années.

 

Si vous avez eu l’impression de vivre un grand coup d’accélérateur ou un grand coup de pied au C.., alors c’est que vous avez été sensible à ces influences planétaires.

 

Ceci est d’autant plus vrai pour toutes les personnes nées de fin 1962 à 1966 (lors de la dernière conjonction Uranus/Pluton) ou pour ceux et celles qui ont des planètes de naissance dans les signes bélier/balance, cancer et capricorne. Cela fait beaucoup de monde concerné…

 

Aujourd’hui est donc le jour du 6 ème carré, le dernier étant le 17 mars 2015, date de fin de ces remous planétaires. Attendez-vous à beaucoup de changements d’ici le printemps !

 méthode Ho'oponopono8

.

Mais revenons à la méthode Ho’oponopono et les problèmes de santé.

 

Il existe toutes sortes de techniques pour venir à bout des problèmes physiques. Je vous ai souvent parlé du décodage biologique car je suis admirative de l’intelligence que le corps développe pour régler ce que vous vivez comme un stress.

 

Et même si la solution est une maladie, ce n’est jamais une erreur mais une fantastique opportunité de réguler ce qui vous fait souffrir. Je distingue plusieurs sortes de problèmes physiques.

 

1°) Les petits bobos ponctuels et la méthode Ho’oponopono

 

Ce sont les petits dysfonctionnements de votre vie courante que le corps (aidé du cerveau) régule à sa façon, comme par exemple, ce rhume insolite que j’ai attrapé au Népal afin de gérer l’altitude que le corps avait enregistré comme une menace.

 

C’est aussi le bouton de fièvre ou l’herpès qui pointe au coin de la lèvre chaque fois que vous vous êtes senti isolé ou déprécié. C’est aussi une otite ponctuelle si ce que vous avez entendu vous a écorché l’oreille, des douleurs aux épaules si vous avez l’habitude de tout prendre sur vous, ou un mal de gorge si vous avez omis de dire et ravalé vos paroles.

 

Il suffit de comprendre le message du corps et tout rendre dans l’ordre. Utiliser la méthode Ho’oponopono sur un petit bobo accélère le processus de guérison, surtout lorsque vous avez conscience de l’enjeu du problème.

 méthode Ho'oponopono2

.

2°) Les pathologies plus lourdes mais pas dangereuses avec la méthode Ho’oponopono

 

Je veux parler ici des symptômes qui n’accusent pas de gravité particulière mais qui savent pourrir la vie, du point de vue du mental bien sur. Le corps, de son côté, sait parfaitement ce qu’il fait : aucun symptôme n’est là par hasard et il est passionnant de se pencher sur l’aspect symbolique de la pathologie.

 

Je ne considère pas ce type de pathologie comme des évènements ponctuels. Lorsqu’un symptôme dure plus de 10 ans, vous appelez cela maladie chronique mais la méthode Ho’oponopono appelle cela une mémoire.

 

Pour mieux comprendre ce qu’est une mémoire, je vous propose de cliquer sur le lien bleu. Sachez simplement qu’une mémoire selon la méthode ho’oponopono est quelque chose que vous portez en vous.

 

Vous n’êtes pas responsable d’avoir amené cette mémoire dans votre vie mais vous êtes responsable de la porter. Vous comprenez la différence ? Il n’y a pas quelque chose que vous n’auriez pas fait ou mal fait, le symptôme est là mais vous ne l’avez pas nécessairement créé par votre comportement.

 

C’est important pour moi de distinguer ce type de problème des bobos passagers parce que, par méconnaissance, certains encouragent, au travers du décodage biologique systématique, un fort sentiment de culpabilité qui n’aide pas à la guérison.

 

Cela reviendrait aussi à dire que vous êtes à la source de tout et donc que vous pouvez tout maîtriser à partir du moment où vous comprenez ce qui se passe en vous. Je l’ai pensé un moment, cela m’arrangeait de croire que je pouvais tout maitriser (surtout les dangers).

 

Aujourd’hui, je suis plus tempérée. Lorsque vous portez une mémoire qui se manifeste sous la forme d’un problème physique, c’est surtout le rappel qu’il y a nécessité de la nettoyer.

 

Vous pouvez chercher à vous soigner mais si vous n’identifiez pas la mémoire à l’origine de la pathologie, vous allez voir que rien ne semble fonctionner sur le long terme . Vous ne pouvez pas savoir d’où vient cette mémoire. Souvent, elle a même commencé dans l’enfance, à la fin de l’adolescence ou même dans la vie intra-utérine.

 méthode Ho'oponopono5

.

Et cela n’a rien à voir avec quelque chose que vous auriez raté, mal fait ou pas compris. C’est ainsi. La mémoire n’est pas forcément à vous mais à votre arbre généalogique (ou passé karmique en fonction de vos croyances).

 

J’ai toujours été très fâchée à mes débuts avec l’astrologie védique parce que je trouvais qu’elle était enfermante. Je n’avais pas du tout envie d’entendre que j’aurais un problème pendant 25 ans ou que mon thème disait que je n’aurais pas d’enfants.

 

Je ne voyais pas qui pouvait se permettre de connaître l’avenir à l’avance et j’avais vraiment besoin, à l’époque, de croire au total libre arbitre.

 

Je crois aussi que c’est très sain à 20 ans d’envisager que tout est possible pour sa vie, que toutes les limitations se dépassent et que les obstacles sont faits pour être surmontés.

 

Plus de trente plus tard, il est aussi normal de modifier son point de vue. La réalité, c’est que je n’ai réellement pas eu d’enfants. Et ce n’est pas une programmation personnelle.

 

J’ai posé la question à un guérisseur avec qui nous avions passé une semaine en Malaisie et il m’avait répondu évasivement que si j’en voulais, il faudrait vraiment beaucoup, beaucoup de prières…

 

C’est cela que j’entends par mémoires… ce sont des limitations obligatoires liées la plupart du temps à l’arbre généalogiques et dont vous héritez à la naissance.

 

J’en ai déjà parlé mais il n’est pas possible d’imaginer hériter de la couleur des yeux de vos ancêtres ainsi que de leur fortune et de leur niveau de vie sans prendre aussi leurs dettes et leurs conflits physiques, matériels, spirituels et psychologiques.

 méthode Ho'oponopono7

.

Ma mémoire au sommeil et la méthode Ho’oponopono

 

C’est de cela dont je parle quand je dis que vous êtes responsable de porter la mémoire, pas de l’avoir créée. Ainsi, pour moi, le symptôme porteur de mémoire le plus flagrant est le sommeil chaotique.

 

Cela fait plus de 40 ans que cela dure. Tant que je cherchais à guérir, rien ne se passait. J’étais totalement identifiée à « je suis quelqu’un qui ne peut pas dormir normalement ». J’étais tendue dans quelque chose qui s’apparente à « je ne veux pas de ce symptôme, c’est injuste, c’est un handicap de chaque jour. »

 

Je voulais, à tous prix, connaître les causes pour les enrayer. Plus je m’acharnais, plus le symptôme redoublait d’ardeur. Il jouait avec moi. J’ai fini par lâcher prise. J’ai accepté de ne pas dormir, je me suis occupée à faire des pratiques dans mon lit au lieu de dormir et cela a considérablement diminué ma tension. J’ai lâché l’idée de vouloir guérir du mauvais sommeil.

 

Avec les thérapies quantiques, mon sommeil s’est amélioré parfois même jusqu’à disparaître pendant des semaines. A ce moment précis, quelque chose en moi a dit : « ça y est, c’est réglé une bonne fois pour toutes. » je n’avais donc pas lâché l’idée de guérir…

 Capture d’écran 2014-12-15 à 22.04.48

.

Le lendemain c’était reparti pour les insomnies. Le véritable lâcher prise est long… En fait, même si vouloir guérir est légitime, le « une bonne fois pour toutes » est une façon de refuser de porter une mémoire ou de refuser une leçon de vie.

 

C’est là qu’intervient Ho’oponopono. La méthode Ho’oponopono vous propose de nettoyer la mémoire sans la pression du résultat. Lorsque vous nettoyez une mémoire, vous le faites pour vous, pour l’arbre et pour toute l’humanité.

 

Lorsque j’ai commencé à nettoyer mon mauvais sommeil avec Ho’oponopono, je pensais secrètement que ça allait régler le problème même si j’insiste pour dire que la méthode Ho’oponopono n’est pas là pour nous débarrasser des problèmes.

 

Elle est là pour rectifier mais vous ne savez pas toujours ce qui n’est pas droit derrière le symptôme ! Je pouvais croire que j’avais affaire à un problème de sommeil. Pourtant, plus je nettoie et plus je m’aperçois que, grâce à ce symptôme j’apprends à lâcher prise sur « c’est moi qui fais ».

 

La réalité d’une mémoire, c’est que vous ne pouvez que la nettoyer. Seul le Divin ou votre partie divine peut effacer la mémoire. Encore faut-il imaginer (ou expérimenter) qu’elle existe…qu’elle se soucie assez de vous pour entendre vos prières.

 

De plus, c’est à vous de mettre la main à la pâte pour nettoyer la mémoire qui est logée dans votre subconscient au lieu de tout attendre de la part du divin. Le divin ne peut rien pour vos problèmes émotionnels….c’est à vous de vous en occuper et de les nettoyer !

 

Il peut effacer les mémoires lorsque vous les avez nettoyées et que vous avez cessé de vous identifier à elles. Pour en revenir au sommeil, tout va mieux depuis que je me définis moins comme quelqu’un qui ne dort pas.

 

Désormais, je ne fais que porter une mémoire de mauvais sommeil, cela n’a rien à voir avec moi. Je ne dors pas forcément mieux, il y a des hauts et des bas puisque c’est la première chose qui se dérègle chez moi mais ce n’est plus un problème.

 

Lorsque je me réveille, je nettoie avec les 4 petites phrases qui s’adressent particulièrement à la mémoire:

 

  • Je suis désolée
  • S’il te plait pardonne-moi
  • Je te remercie
  • Je t’aime

 

Je m’excuse de ne pas l’avoir juste pris pour une mémoire et donc d’avoir plutôt cherché des solutions plutôt que de la nettoyer. Je n’avais pas compris que le nettoyage des mémoires fait partie de ce que j’ai à faire sur terre.

 http://www.dreamstime.com/stock-photos-cleaning-sky-image13327613

.

Et si ce sont les problèmes de sommeil qui m’aident à lâcher prise sur ma volonté et qui me ramènent la notion du divin, alors je peux remercier la mémoire et lui dire que je l’aime.

 

Tant que vous ne savez pas à quoi vous sert la mémoire, il n’est pas facile de l’aimer ! Et même lorsque vous croyez connaître la mémoire, vous vous apercevez que vous étiez loin du compte.

 

Je vous propose une courte vidéo que j’ai faite où j’explique comment nous avons travaillé, une cliente et moi, sur ses problèmes physiques avec Ho’oponopono. Ce sont mes premières vidéos donc la technique n’est pas encore en place mais vous aurez une idée de comment formuler une « ordonnance-ho’oponopono » adaptée à votre symptôme.

 

C’est le thème central du livre que je viens d’écrire et qui sera publié sous peu, j’espère. Vous trouverez en-dessous la transcription (en grisé) si vous avez des problèmes pour télécharger la vidéo.

.

.

.

.

Bonjour je suis Hannah Sembely de forme santé idéale et j’aimerais vous parler aujourd’hui de Ho’oponopono parce que vous savez que, avec cette technique ou cette méthode, il n’y a pas lieu de le connaître la mémoire qu’on nettoie.

Il suffit de nettoyer.

Je me suis aperçu, par la pratique, que c’est juste mais il peut être intéressant aussi de savoir ce qu’on nettoie parce qu’il est beaucoup plus difficile de lâcher quand on ne sait pas ce qu’on tient.

Je vous donne un exemple:

J’ai une cliente qui est venue me voir parce qu’elle était très embêtée quand elle faisait des massages. Elle avait les mains moites, les pieds aussi mais ça ne l’embêtait pas autant que les mains moites pour masser.

Nous avons travaillé dessus et c’est sûr que elle aurait très bien pu (et je pense qu’elle avait déjà fait) travailler sur les mains moites et donc réciter les quatre petites phrases de guérison de Ho’oponopono sur le problème des mains moites.

  • Je suis désolée
  • S’il te plait, pardonne-moi,
  • Je te remercie
  • Je t’aime

Mais cela n’avait eu aucun résultat et c’est dommage parce que lorsqu’on fait cela, on se décourage, on pense que Ho’oponopono, c’est les petits oiseaux, ça ne fonctionne pas.

C’est pour cela que je trouve que aller un petit peu plus en profondeur avant de nettoyer cible mieux ceux qui est à nettoyer. Donc je lui ai simplement posé la question ” dans quel état cela la mettait d’avoir les mains moites au moment de masser”.

Elle me dit : « eh bien ça renforce la mauvaise image que j’ai de moi et du coup je perds confiance. Déjà que je n’ai pas beaucoup confiance en moi parce que je n’ai pas connu mon père.

Donc là, je l’ai arrêté.

On a parlé un petit peu de ce qui se passait par rapport à sa naissance… est ce qu’elle connaissait son père finalement ou est que ce qu’elle ne le connaissait pas ? Je savais qu’elle ne l’avait jamais rencontré et sa mère n’a jamais voulu lui dire qui était son père.

Donc je lui ai proposé de faire Ho’oponopono, plutôt en incluant cette mémoire. En fait derrière un problème physique, on ne sait jamais ce qui se cache. Avec l’histoire de son père manquant, on est plus au clair par rapport à la souffrance et la blessure liées à la mémoire.

Alors, je lui ai donné ce que j’appelle une ordonnance-Ho’oponopono, c’est à dire 4 petites phrases plus ciblées pour que vraiment l’enfant à l’intérieur de vous entende que l’on s’adresse vraiment à lui.

Quand vous dites “je suis désolé”, vous parlez à votre subconscient, celui qui porte les mémoires, c’est un peu l’enfant en vous. Et voilà ce que ça donnait pour cette situation :

.

  • Je suis désolée

Je ne savais pas à quel point tu souffrais de ne pas avoir eu de père

et de ne pas l’avoir connu…

et puis surtout de ne pas avoir eu ce sentiment d’appartenance de se savoir

la fille de quelqu’un.

.

  • S’il te plait, pardonne-moi

Pardonne-moi de ne pas avoir pris au sérieux tes émotions et tes difficultés que tu me montrais sous la forme des mains moites.

Je croyais vraiment qu’il suffisait de vivre sa vie, de se sentir bien et de

faire en sorte d’arranger le présent.

.

  • Je te remercie

Je te remercie de me montrer au travers de mes mains moites

tout ce que j’ai à travailler.

Sans toi, je n’aurais jamais eu l’idée de nettoyer ma naissance sans père.

.

  • Je t’aime

Vous voyez là, à l’intérieur, il y a vraiment un petit ou une petite qui sent qu’on s’adresse à lui et le nettoyage va commencé vraiment à être efficace. Alors ça ne veut pas dire qu’elle va cesser d’avoir les mains moites du jour au lendemain mais pour moi elle a le fil conducteur et elle nettoie sur les causes.

Il est possible bien sûr qu’à un moment donné (mais on ne peut pas savoir à quel moment) cela finisse par régler ses mains moites.

 

3°) Mon dernier sujet, ce sont les pathologies graves et la méthode Ho’oponopono

 

Elles génèrent un stress supplémentaire car elles sont associées à l’idée de la mort. Il y a un timing qui vous oblige à prendre rapidement une nouvelle direction ou régler un stress dont vous n’aviez pas mesuré la gravité.

 

Ces maladies sont aussi des mémoires. Je vous renvoie au fantastique film avec Cameron Diaz « my sister’s keeper ». Il est très clair que l’enfant porte une mémoire qui ouvre le cœur de toute la famille même s’il s’agit d’une maladie mortelle .

 méthode Ho'oponopono13

.

Ces grandes maladies ne sont pas des erreurs de parcours non plus, mais des passages obligés destinés à vous faire grandir. Il n’est pas rare que la maladie rassemble la famille et répare ainsi des ancêtres qui auraient été isolés, pestiférés ou exclus.

 

Ce qui est certain, c’est que la maladie oblige à changer de point de vue et au lieu de voir en elle, un obstacle, il  est possible de l’envisager sous l’angle du bénéfice. En quoi cette maladie m’a t-elle fait évoluer, m’a ouvert le cœur ou m’a appris une leçon essentielle ? Que ce soit du point de vue du malade ou des personnes proches.

 

Il y a certaines maladies dont vous ne pouvez pas venir à bout et qui nécessitent vraiment que l’on se relie au divin pour demander un coup de pouce. La méthode Ho’oponopono est aussi d’un grand secours car elle aide à nettoyer tout ce qui retient la mémoire, tous les attachements non conscients et les blessures jusque là invisibles et pourtant bien réelles.

 

La maladie est un catalyseur de vérité. Elle permet de recycler les émotions inaccessibles. J’ai déjà beaucoup écrit sur Ho’oponopono mais lors de cette première conférence, j’ai eu l’impression que c’était moi qui avais besoin d’aller plus en profondeur dans ma pratique.

 

En exhortant le public à arrêter de s’identifier aux problèmes et à juste les considérer comme des mémoires, c’est bien à moi que je parlais. Alors, à la question “peut-on régler un problème physique avec la méthode Ho’oponopono?”, je crois que vous avez quelques éléments de réponse.

 

Vous allez nettoyer les mémoires à l’œuvre ainsi que votre attachement à vouloir vous débarrasser de la maladie en évitant, du coup, d’en retirer une leçon précieuse pour la suite de votre cheminement.

 

Et si le fameux « carré astrologique » vous en a fait voir de toutes les couleurs ces derniers temps, sachez que vous tenez, avec la méthode Ho’oponopono, un outil précieux dont vous pouvez largement abuser.

 méthode Ho'oponopono9

Pour ceux qui seraient “fan” de la méthode ou tout simplement curieux, sachez que j’organise un stage Ho’oponopono à Annecy le samedi 31 janvier et dimanche 1 er février, vous trouverez toutes les informations sur l’onglet « stages » cliquez.

 

Et vous, avez vous testé la méthode Ho’oponopono ? Est ce un outil pour vous ? Laissez un commentaire !

Share This Post

52 pings

    Les commentaires sont désactivés.