«

»

Juil 14

Pourquoi et comment sortir de sa zone de confort: 10 raisons de partir au Népal

zone de confort et dépassement de soi 9Sortir de sa zone de confort, chacun son truc

 

L’enthousiasme est monté d’un cran lorsque nous avons décidé de retourner au Népal cet automne. 

 

Un trekking reste exigeant en matière d’endurance, alors comment se fait-il que malgré l’effort demandé, rien que l’évocation d’y retourner puisse me mettre en joie ?

 

  • Parce que c’est l’aventure.
  • Parce que tout est à inventer (sauf le parcours)
  •  Parce que c’est loin
  •  Parce qu’octobre !
  •  Parce ce que c’est la montagne la plus mythique.

 

 

Pourquoi octobre, quand tout le monde est de retour au travail et pourquoi pas comme tout le monde pendant les vacances d’été ?

 

Simplement parce que la mousson sévit au Népal, ce qui laisse comme opportunité de trekking le printemps ou l’automne, saison où la clarté est à son apogée.

 

Vous comprenez maintenant pourquoi ce fut ma première destination lorsque j’ai pris congé de l’éducation nationale.

 

Cette année, nous avons choisi les abords de l’Everest. Après l’Annapurna, symbole de la bonne mère, nous voici bientôt sur les balcons du plus haut sommet du monde.

 

 

 Le Népal, c’est aussi la vallée de Katmandou

 

 

Partir au Népal, ce n’est pas un marathon, c’est aussi profiter du dépaysement total qu’est Katmandou, c’est à dire un savoureux mélange d’Inde et de Tibet.

.

 zone de confort et dépassement de soi 2

 

 

Cette ville mythique qui bat des records de pollution reste cependant une étape clé de la route de la soie.

 

Dans cette ville marchande millénaire, il fait bon déambuler. L’atmosphère y est chaleureuse et la joyeuse effervescence qui règne donne envie de s’attarder près des étals d’artisanat tibétain.

 

Par souci pour nos bronches, nous avons déniché un petit hôtel bien étoilé dans la montagne à une quinzaine de kilomètres qui permet de se ressourcer dans un cadre presque « british ».

.

 

zone de confort et dépassement de soi 3

 

Sortir de sa zone de confort et marcher

 

 

Bien que le mot trekking fasse peur, marcher au Népal reste à la portée de tous. Vous n’avez pas besoin d’être sur-entraîné pour y prendre du plaisir.

 

L’endurance est une qualité qui se développe au fil des jours. Le nombre de villages d’accueil est suffisant pour raccourcir les étapes quand la fatigue se fait sentir.

 

En général, la marche s’arrête au déjeuner. Le reste de l’après-midi est destiné à se détendre, se centrer et partir en quête de nouveauté et d’insolite.

.

 

Un trekking reste exigent en matière d'endurance, alors comment se fait-il que malgré l'effort demandé, rien que l'évocation d'y retourner puisse mettre en joie ?10

Dépassement de soi au Népal et méditation.

 

 

Contrairement à l’idée reçue, la méditation peut tout à fait se faire dans l’action. Au Népal, il est difficile de marcher vite, le corps devant s’habituer tous les jours à une nouvelle altitude.

 

Méditer se fait en marchant. Prendre conscience de la terre sous chaque pied et de toute la chaîne musculaire que la marche active, focalise l’attention et permet au mental de ne pas vagabonder.

 

 

Sortir de sa zone de confort et lâcher prise

 

 

Dans la vie ordinaire, vous passez beaucoup de temps à remâcher des problèmes à résoudre, à vouloir améliorer des situations, à chercher des stratégies gagnantes pour obtenir ce que vous désirez.

 

Dans un trek au Népal, parfois, votre seul souci est d’avancer un pas devant l’autre. Voici une petite histoire qui illustre cela à sa façon:

 

 

Un moine qui cherchait à devenir disciple vint un jour demander au maître de l’accepter dans son ermitage. Il trouva le maître qui cheminait tranquillement le long d’une rivière. Comme le soleil chauffait fort, le maître lui proposa d’aller prendre un bain dans la rivière.

 

Il s’éloignent de la rive et au milieu de rivière, le maître appuie sur la tête de l’apprenti sous l’eau, l’empêchant ainsi de respirer.

 

Après quelques longues secondes d’horreur, le moine réussit à s’échapper, traitant le maître de tous les noms d’oiseau qu’il connaissait.

-mais vous êtes devenu complètement fou s’offusque l’apprenti

– Lorsque tu voudras l’éveil aussi fort que tu voulais l’air tout à l’heure, tu reviendras me faire ta demande, répondit le maître.

 

 

En trekking, il y a un peu de ça: marcher, respirer, garder le rythme deviennent votre activité principale. Penser est un luxe.

 

C’est ainsi que, libéré des facéties du mental ordinaire, vous pouvez sentir un profond lâcher prise.

 

Dépassement de soi en trek pour sortir de ses conditionnements.

 

 

Lorsque vous vivez quelques semaines à l’étranger, vous ne faites pas que changer de décor en effectuant vos gestes quotidiens.

 

Il vous faut vous adapter à une autre langue, d’autres peuples, d’autres coutumes et rituels.

.

 zone de confort et dépassement de soi 5

 

 

Vous rencontrez littéralement un nouveau monde et vos interactions avec d’autres humains laissent une trace en vous qui vous pousse à vous transformer.

 

Chaque jour, ce sont des expériences inédites et des émotions insoupçonnées. C’est à vous de vous fondre dans le décor et d’oublier vos réflexes conditionnés.

 

Cette immersion crée une grande ouverture que vous conservez au retour lorsque vous rentrez chez vous.

 

Sortir de sa zone de confort avec des paysages à couper le souffle

 

 

Impossible de s’ennuyer dans un trekking dans l’Himalaya. Au détour du chemin, vous vous trouvez nez à nez avec un colosse de plus de 4000m devant vous.

 

Ce n’est pas l’altitude qui vous coupe de souffle mais la beauté majestueuse de la montagne devant vous.

 

Parfois c’est une rizière qui vous chatouille l’œil. Pour moi qui suis spécialiste des couleurs, je me fais un bain de vert. C’est la couleur du centre énergétique du cœur.

.

 

zone de confort et dépassement de soi 6

Le groupe, zone de confort ou dépassement de soi ?

 

 

Un trekking est aussi une aventure humaine. Nous choisissons de préférence des petits groupes où chacun a l’espace de s’exprimer.

 

Le groupe est la plupart du temps vécu comme un soutien. Échanger, rencontrer des personnes qui partagent la même passion pour les voyages et le développement personnel est un atout sur le chemin.

 

Certains viennent en couple, d’autres avec un ami, d’autres encore s’aventurent seuls. Les liens qui se tissent lors d’un voyage sont souvent un grand réconfort.

 

Pour ceux que la collectivité confronte, ils peuvent utiliser les espaces de travail intérieur pour se libérer de leurs émotions.

 

zone de confort et dépassement de soi 8

 

Trekking , dépassement de soi et santé

 

 

Quand est-il du mal de l’altitude ? Vaste question, bien sûr qui dépend de la physiologie de chacun.

 

L’important est de respecter les paliers d’altitude. L’hôtel à Katmandou est à 1500 m, l’aéroport de Lukla à 2800m.

 

A chaque palier vous restez 48 heures. La marche est très progressive et vous apprenez à gérer le souffle en fonction de vos pas.

 

En coordonnant votre respiration à votre marche vous trouvez ce qu’on appelle un “deuxième souffle “.

 

Cette respiration vous propulse dans un état méditatif au point que vous n’avez plus l’impression de faire d’efforts.

 

Au Tibet, il est dit que les moines ont ainsi l’air de voler sur les chemins !

 

Lors de notre dernier trekking autour des Annapurnas, plusieurs personnes ont commencé à développer des symptômes liés à l’altitude, fatigue, dérangement intestinal, etc.

 

Il s’est avéré, après travail approfondi que leur état était aussi lié à des émotions. Nous avons utilisé la technique Tipi pour les dégager. (voir mon précédent article

 

Celle-ci, accompagnée des précautions d’usage en pareil cas, a permis à tout le monde de passer un col à 5416m ! Et ce n’étaient pas des montagnards chevronnés.

 

zone de confort et dépassement de soi 7jpeg

 

Sortir de sa zone de confort et oser.

 

Il est des moments dans votre vie où vous sentez que vous devriez vous lancer, (modification dans le travail, nouvelle relation, etc.) mais votre mental s’y oppose.

 

Il craint le changement et l’inconnu. Il se base sur le passé pour vous rappeler des expériences difficiles et vous consigne à l’ordinaire pour ne pas souffrir .

 

Marcher en itinérance vous oblige à changer tous les jours. Vous êtes obligé de vivre au présent sans faire référence à votre passé. L’inconnu est votre quotidien.

 

Vous prenez l’habitude d’agir sans l’habituelle confusion. Le fait de ne pas revenir sur vos pas le jour même oblige votre psychisme à aller de l’avant.

 

Lorsque vous dépassez le seuil des sommets européens, vous sentez qu’une nouvelle limite vient de lâcher.

 

Au-delà de 4800m, votre mental ne connaît pas ! Il apprend à s’habituer à l’inconnu sans anticiper. Chaque jour vous propulse un peu plus haut et un peu plus loin.

 

Je peux vous assurer qu’au retour, tout ce que vous considérez comme une épreuve vous paraît facile.

 

 

Infrastructure pendant le trek et zone de confort

 

 

Contrairement à ce qui se passe d’ordinaire, faire un trekking au Népal n’est pas un voyage « à la dure ».

 zone de confort et dépassement de soi 1

 

Pour avoir parcouru pas mal de montagnes dans le monde, je peux vous assurer que dormir dans une chambre avec un lit jusqu’à 5000 m d’altitude est un véritable luxe !

 

Être accueilli en “lodge” avec des repas chauds est une des raisons qui me fait préférer le Népal à tout autre pays pour y faire du trekking.

 

Mieux encore, les sacs sont portés par des sherpas (dont c’est le vrai métier). Il ne vous reste que vos affaires personnelles pour la journée à porter.

 

Ça n’a l’air de rien, surtout si vous avez 20 ans, mais l’âge aidant un brin de confort n’est pas négligeable!

 

En résumé, des voyages pas comme les autres où l’objectif n’est pas juste le tourisme ou la marche.

 

Au fil des jours se tisse en chacun de vous une trame intérieure, une profonde contemplation de votre vie et de là où vous en êtes aujourd’hui.

 

Les deux voyages (intérieur et extérieur) s’harmonisent ensemble afin de vous porter vers l’étape suivante de votre vie.

 

Vous ne revenez jamais tout à fait le (la)-même d’une pareille expédition, c’est ce qui en fait tout le charme.

 

Pour plus de renseignements à propos du prochain départ, cliquez sur le lien bleu.

 

Et vous, que faites-vous pour sortir de votre zone de confort? Connaissez-vous le Népal? Avez-vous déjà été tenté? Laissez un commentaire!

 

Share This Post

52 pings

    Les commentaires sont désactivés.